MotoGP™ Basics

Retour à l'index

Les freins

Les motos doivent avoir au moins un frein sur chaque roue avec une activation indépendante. Dans les catégories Moto3™ et Moto2™, seuls les freins à disque en métal sont autorisés. En MotoGP™, les freins à disque de carbone peuvent être utilisés s’ils ne dépassent pas un diamètre maximum de 320mm. Pour la saison 2012, les teams CRT ont exceptionnellement la possibilité d'utiliser des disques de carbone d'autres tailles.

Un set de freins fiable est indispensable lorsque l’on veut s’imposer sur une moto qui atteint des vitesses supérieures à 340km/h.

Si les pneus sont remplacés à chaque séance, les freins sont uniquement changés lorsqu’ils sont endommagés ou mouillés - mais ont une durée de vie supérieure et jouent un rôle important pour permettre aux pilotes de prendre les virages à une vitesse optimale.

Pour gagner une course, les freinages sont aussi décisifs que les accélérations, et la fiabilité des freins est essentielle dans les manoeuvres de dépassement.

VITESSE DE PASSAGE EN COURBE

Depuis l’introduction du règlement 800cc, la vitesse de passage en courbe est devenue une variable déterminante en MotoGP™. Si un pilote parvient à freiner plus tard et à une vitesse plus élevée que ses concurrents, il a un avantage certain dans les virages et peut faire de meilleurs chronos que les autres pilotes.

Les freins avant sont les plus sollicités puisque les pilotes manoeuvrent principalement avec les pneus avant et qu’environ 90% du poids de la moto est transféré sur la roue avant durant le freinage, si bien qu'il est assez courant de voir la roue arrière 'rebondir' (fish-tailing).

CARBONE OU ACIER

Les teams MotoGP™ utilisent des freins à disque sur leurs motos, une technologie dont le développement a commencé dans les années 1970 et se poursuit aujourd’hui. Les premiers disques en acier ne fonctionnaient pas très bien sous la pluie, tandis que les plus récents permettent un freinage progressif sur le mouillé comme sur le sec.

De nos jours, les teams MotoGP™ n’utilisent des disques en acier qu'en cas de pluie et disposent d’une solution plus efficace sur le sec - les freins en carbone.

A diamètre identique, un disque en acier neuf pèse entre 1,2 et 1,6kg, alors que la version carbone ne pèse que 750 à 800g. Un poids moindre se traduit par une inertie moindre – et donc une direction plus réactive.

Les freins à disque sont composés de disques montés sur les roues ainsi que d'étriers et de plaquettes. Les plaquettes entrent en contact avec les disques à l'activation du frein et ralentissent ainsi la vitesse de rotation de la roue. Le frein peut être activé via une poignet montée sur le guidon mais des contrôles placés au pouce gauche ou au pied existent également pour le frein arrière.

RÉDUCTION DU POIDS

Beaucoup plus légers que leurs homologues faits d'acier, les freins en carbone permettent de gagner plus de deux kilos sur le poids total d'une moto.

Moins de poids signifie moins d'inertie, ce qui réduit l'effect gyroscopique qui peut contrer les efforts du pilote dans les changements de direction. Les disques de carbone améliorent ainsi le contrôle sur la direction, qui est plus légère avec des disques de carbone que d'acier.

Les disques de carbone offrent aussi de meilleures performances et une endurance accrue par rapport aux systèmes en acier. Une fois qu'ils ont atteint leur température de fonctionnement optimale, les disques de carbone fourniront au pilote les mêmes sensations jusqu'à la fin de la course, alors que l'usure des disques d'acier se fait générallement ressentir.

Bien que les disques de carbone soient plus avantageux que les disques d'acier, ils sont aussi beaucoup plus sensibles aux changements de témpérature. Leur fonctionnement est virtuellement inexistant tant qu'ils n'ont pas atteint leur température optimale et les pilotes doivent donc être particulièrement prudent lors du tour de reconnaissance ou encore sur les premiers tours d'une course.

MÉTÉO

Par temps froid ou sur les pistes où les freins sont moins sollicités, les disques risquent d'être refroidis par le flux d'air et certains pièces peuvent être ajoutées afin de les maintenir à température.

La situation est plus compliquée en cas de pluie puisque les disques de carbone ne peuvent plus atteindre leur température optimale et ne peuvent donc pas offrir de performances satisfaisantes.

La solution consiste à utiliser des disques en acier, ce qui signifie que les teams doivent changer les étriers et ainsi que les réglages, pour une moto plus lourde, dans un laps de temps généralement restreint.

En raison de leurs limitations sous la pluie et de leur prix élevé, correspondant à une production qui prend entre trois et six mois, les disques de carbone sont très rarement utilisés sur les motos de série.

FRICTION

A l'activation des freins, le pneu est pressé contre la piste, ce qui élargit la surface de contact avec l'asphalte et augmente ainsi la friction nécessaire à un freinage et un changement de direction optimaux. Si un pilote parvient à obtenir cette friction le plus tard possible, le plus proche possible de l'apex, il passe moins de temps à ralentir et atteint plus rapidement le point du virage où il peut réaccélérer.

CONSTRUCTEURS

Les freins utilisés en MotoGP™ sont produits par deux compagnies, Brembo et Nissin, et chaque set de disques coûte plusieurs milliers d'euros. Chaque moto n'a heureusement besoin que de six à huit disques de carbone par saison.

Publicité