MotoGP™ Basics

Retour à l'index

Sécurité

Les prototypes MotoGP™ peuvent atteindre des vitesses de pointe dépassant les 340 km/h et la sécurité des pilotes est donc la priorité absolue des organisateurs.

A partir de 2002, la FIM a commencé à se préoccuper des avancées technologiques et de la vitesse croissante à laquelle évoluaient les motos autour du %circuit. Afin de garantir la sécurité, le règlement fut modifié via plusieurs amendements concernant le poids, la quantité de carburant embarqué ainsi que la capacité maximale des moteurs.

COMMISSION DE SÉCURITÉ DES GRANDS PRIX

La FIM (voir la section Instances Dirigeantes) a créé la Commission de Sécurité des Grands Prix en 2003 suite au décès tragique de Daijiro Kato à Suzuka, afin d'améliorer la sécurité sur chaque circuit du Championnat du Monde.

A l'origine, le comité comprenait Sete Gibernau, l'ex-coéquipier de Kato, et le pilote japonais Nobuatsu Aoki, tandis que le comité actuel comprend Franco Uncini (Responsable Sécurité FIM), Mike Webb (Directeur de Course), Javier Alonso et Carmelo Ezpeleta (de Dorna, l'organisateur du MotoGP™).

Loris Capirossi (Conseiller en matière de sécurité pour le MotoGP) ne fait pas partie du comité mais joue un rôle indirect en fournissant son expertise tout au long de la saison.

A chaque Grand Prix, la Commission de Sécurité se réunit pour étudier les éventuelles propositions pour améliorer la sécurité du circuit. Les propositions peuvent concerner le tracé de la piste, l'extension des zones d'asphalte, l'élargissement des bacs à gravier, des modifications des barrières de sécurité et des murs de pneus, l'amélioration des infrastructures médicales ou encore l'accès à ces structures.

Le jour précédant le Grand Prix, la Commission de Sécurité FIM vérifie chaque centimètre de la piste à pied, avant de repasser en voiture chaque matin du week-end de Grand Prix avant les séances d'essais ou la course.

Les officiels de sécurité suivent ensuite chaque séance d'essais, de qualifications et les courses dans le Centre de Contrôle de la course en tant que membres de la Direction de la Course - l'instance qui administre chaque course et décide des pénalités, des avertissements ou de l'exclusion d'un pilote en cas de violation des règles de sécurité (voir la section Règlement).

SAFETY CAR

Le début de la course est suivi de près par le Safety Car Officiel, fourni par BMW, partenaire officiel du MotoGP™.

Le Safety Car roule devant les pilotes lors du tour de reconnaissance, durant lequel le pilote du Safety Car inspecte l'état de la piste avant le début de la course, vérifiant qu'il n'y ait pas de tâche d'huile ou des débris, et reste en contact permanent avec la Direction de la Course.

A la fin du tour de reconnaissance, le Safety Car se place derrière les pilotes au fond de la grille de départ et les suit durant le premier tour de la course, observant de près le peloton et les éventuelles collisions de début de course. Lorsque plusieurs accidents ont lieu dans le premier tour de la course, comme au Grand Prix de Catalogne 2006 par exemple, le Safety Car est présent pour apporter une assistance immédiate et envoyer des instructions aux responsables de la sécurité et des structures médicales.

Lorsque que le premier tour est terminé, le Safety Car ne réapparaît qu'en cas d'une interruption de la course causée par une chute ou la pluie, dans quel cas les pilotes verront aussi les signaux affichés autour du circuit (voir la section Drapeaux et Feux). S'ils voient le Safety Car en dehors du premier tour, les pilotes doivent rester prudents et ne pas doubler.

RÈGLES DE SÉCURITÉ SPÉCIFIQUES

Des règles spécifiques s'appliquent aux pilotes et aux membres des teams afin d'assurer leur sécurité - et celles de leurs adversaires :

  • - Les pilotes doivent piloter d'une façon responsable qui ne mette pas en danger les autres pilotes, que ce soit sur la piste ou dans la pit-lane.
  • - Si un pilote rencontre un problème sur sa moto, qui le force à abandonner durant une séance d'essais ou une course, il ne doit pas essayer de rouler à vitesse réduite pour rentrer aux stands et doit s'arrêter dans une zone de sortie de piste pour laisser sa moto là où lui indiqueront les commissaires de piste. S'arrêter sur la piste durant une séance d'essais ou une course est interdit.
  • - Rouler ou pousser sa moto à contre-sens est interdit - que ce soit sur la piste ou dans la pit-lane - sauf indication d'un officiel.
  • - La vitesse est limitée à 60 km/h dans la pit-lane, à tout moment, et un pilote qui ne respecte pas cette limitation en course sera pénalisé d'un passage aux stands.
  • - Le nombre d'équipiers par pilote dans la zone de travail devant le garage est limité à huit en MotoGP™ et six en Moto2™ et Moto3™.
Publicité