Crutchlow : "Je suis beaucoup plus confiant cette année"

mardi, 17 avril 2012

Le pilote du team Monster Yamaha Tech3 revient sur son excellente course au GP Commercialbank du Qatar ainsi que sur ses attentes pour la suite de la saison 2012.

Comment te sens-tu après la course au Qatar ?
"Bien ! C'était bien d'entamer la saison et de finir la première course. Nous avons terminé quatrièmes mais ce n'est pas une raison pour penser que nous sommes proches du groupe de tête. Nous avons encore beaucoup à faire et on pourrait très bien finir la prochaine course à la dixième place. Je ne peux pas dire que nous sommes proches parce qu'il y a encore beaucoup d'écart entre moi et Dovi (son coéquipier, Andrea Dovizioso), et les autres qui sont devant. Tout peut arriver, on ne peut pas savoir à l'avance. En tout cas, c'était une belle manière de commencer l'année."

Comment ont-réagi tes fans en Angleterre ?
"J'ai eu bonne presse et les gens semblaient assez contents. Il y a toujours des gens à qui ça ne plaît pas, comme les fans d'autres pilotes par exemple, mais je comprends tout à fait. C'est comme soutenir Liverpool, qui est une équipe horrible, alors que je pourrais soutenir une autre équipe, comme Blackburn ! Il y a des gens qui aiment me voir sur le devant de la scène et c'est une bonne chose. J'ai reçu près de 2500 messages sur mon Twitter. Je n'ai pas pu tout lire mais les messages étaient, pour la majorité, positifs."

La pré-saison s'était très bien passée pour toi mais il y avait beaucoup de gens surpris de te voir aussi fort au Qatar. Est-ce que ça a aussi été une surprise pour toi ?
"Après les tests, je m'attendais à être dans le Top 6 mais je ne pensais pas que Dovi et moi allions être aussi loin devant le groupe de derrière. Je ne m'attendais pas non plus à être aussi loin du Top 3. Mais c'est une bonne manière de commencer l'année. Nous ne sommes pas sur machines officielles et les seules qui nous battent sont des machines officielles. Est-ce qu'une machine officielle me permettrait de battre les pilotes qui sont devant ? Probablement pas. Pas à la première course de l'année en tout cas. Je pense que nous espérions être plus forts que l'an dernier mais je ne sais pas si nous nous attendions vraiment à finir quatrièmes, ce qui est vraiment un bon résultat."

Si on regarde tes chronos, tu aurais peut-être pu te battre pour le podium si tu avais réussi à passer Dovi plus tôt.
"J'ai certainement fait une erreur. J'ai pris un mauvais départ et j'aurais dû passer Dovi plus tôt. Si je l'avais doublé dès le troisième tour, j'aurais probablement pu suivre les autres. Mais avec les pneus Bridgestone, si on attaque trop fort sur un tour, ils ne tiennent pas jusqu'à la fin de course et je pensais beaucoup à ça. J'aurais pu être plus proche des autres si j'avais pris un bon départ mais je pense pas que j'aurais pu être sur le podium. Finir quatrième juste derrière eux ou loin derrière eux revient au même, j'étais en tout cas assez satisfait du résultat."

Est-ce que la M1 est meilleure dans sa version 1000cc ?
"Il faut déjà voir que Dovi et moi ne sommes pas sur les mêmes machines que Jorge (Lorenzo) et Ben (Spies). Nous étions assez proches d'eux pour les tests hivernaux et au Qatar et j'espère que l'écart ne va pas se creuser. Nous commençons l'année avec des motos assez proches des officielles, mais ils ont un budget illimité pour le développement et chaque année, les teams officiels progressent en cours d'année. Ils sont déjà un peu devant nous, ce qui est normal puisqu'ils sont le team officiel, mais j'espère que s'ils avancent dans le développement, nous pourrons aussi en profiter. Aussi non, l'écart se creusera et ce sera de plus en plus dur pour nous."

Est-ce que tu penses qu'il est important de faire de bons résultats sur les premières courses, tant que vous avez des machines similaires aux officielles ?
"Oui, absolument, mais il y a beaucoup de gens que ne se rendent pas compte que l'écart se creuse pour des raisons de développement. Il y a des gens qui savent et qui en ont conscience. On ne peut pas faire grand chose contre ça."

Qu'est-ce qui t'a permis d'aussi bien commencer l'année ?
"Je crois que je suis plus confiant. J'avais fait une bonne course pour la dernière manche de la saison 2011 et la 1000cc me va un peu mieux. J'ai aussi plus d'expérience sur ces pneus, notamment lorsqu'il faut les faire glisser. C'est ma seconde année ici et je veux continuer en MotoGP l'an prochain. Mon contrat se termine à la fin de l'année. Je crois que c'est l'une des raisons qui me poussent à mieux piloter. Je veux montrer aux gens que je peux réussir. Il y a beaucoup de choses en jeu cette année, nous avons eu une bonne pré-saison et c'est pour ça que nous sommes un peu plus rapides cette année. Mais je pense que nous aurions aussi été plus proches des leaders si nous avions continué avec des 800. Mais les 1000 sont clairement meilleures."

Qu'est-ce que tu as changé durant l'hiver, pour le passage aux 1000cc ?
"Je me suis toujours entraîné dur. J'aime le vélo, c'est l'une de mes passions mais je crois surtout que j'ai toujours gardé la même attitude face à l'entraînement et à la compétition. J'essaye toujours de faire de mon mieux et de ne pas me plaindre. On me donne une machine et je dois l'utiliser du mieux que possible. Ce n'est pas la peine de dire 'Je veux ça, j'ai besoin de ça', il faut essayer de tirer le maximum de ce qu'on a et c'est une attitude que j'ai aussi dans ma vie de tous les jours, pas simplement en compétition. Je suis beaucoup plus calme cette année. C'était dur l'an dernier, parce que j'étais bien parti et que j'ai ensuite eu plusieurs chutes, de mauvaises courses, et un milieu de saison désastreux. Je pense que j'avais besoin de me recentrer, de me remettre en confiance parce que c'est quelque chose d'essentiel. Je l'avais bien compris quand j'avais remporté le titre SuperSport et que je gagnais des courses en Superbike. Quand j'étais en pleine confiance, j'étais le pilote le plus rapide et être aussi peu confiant à la fin de la saison dernière m'a poussé à réagir. Il ne s'agit pas de fierté ou d'arrogance, il faut simplement avoir confiance en ses capacités et je crois que je me sens mieux à ce niveau-là. Peut-être que j'avais besoin de la quatrième place à Valence, lors de la dernière course, pour me relancer. Après ça, les tests avec la 1000 se sont très bien passés et j'ai continué à progresser jusqu'à maintenant."

Est-ce que tu penses que tu pourras être sur le podium cette année ?
"Oui, je l'espère. Je ne sais pas où et quand ce sera possible mais mon objectif a toujours été d'être le premier des privés et je serais aussi ravi de battre de nouveau des pilotes de teams officiels. On ne peut pas viser beaucoup plus haut. Andrea a fini troisième l'an dernier, ce qui signifie que seuls deux pilotes l'ont battu, ce sont en plus les deux derniers Champions du Monde et être aussi proche d'Andrea est donc une très bonne chose pour moi. Evidemment, si Andrea était dixième, je n'espèrerais pas être neuvième ou onzième, mais pour l'instant je suis content d'être à peu près au même niveau qu'un pilote de son calibre."

Est-ce que tu vois Dovi comme un potentiel rival pour un guidon chez Tech3 en 2013 ?
"Non, pas du tout. Beaucoup de gens voient notre situation comme ça mais je ne m'attends pas à battre Andrea. C'est assez clair pour moi. Il a fini troisième du Championnat l'an dernier et j'étais assez loin de lui. Il s'est déjà imposé en MotoGP, il est monté beaucoup de fois sur le podium et je ne suis de toute façon pas le seul pilote en fin de contrat cette année. Je dois faire de mon mieux et j'espère avoir une bonne option à la fin de la saison. D'ici là, il nous reste beaucoup de chemin à parcourir, je vais me concentrer sur mon travail et essayer de finir le plus haut possible."

Comment vois-tu le prochain Grand Prix, à Jerez ?
"Jerez est une piste difficile, surtout pour moi parce que je n'y suis allé que deux fois. J'ai couru là-bas l'an dernier et nous y avons eu un test cet hiver. Les essais se sont bien passés mais c'est toujours différent de la course. Je ne connais pas aussi bien la piste que certains pilotes qui y ont couru ces dix dernières années. Je serai sûrement plus à l'aise à Estoril, qui m'avait beaucoup plu l'an dernier. On nous demande souvent comment est-ce qu'on aborde les courses mais en réalité, les courses ne se déroulent jamais comme on les prévoit. Il faut simplement essayer de faire de son mieux à chaque fois et voir où cela nous mène."

Tu es le principal espoir britannique en MotoGP, est-ce que tu sens une pression particulière venant de ton pays ? "Le public britannique a toujours été excellent. Le public était déjà génial quand j'étais en Supersport et Superbike, ils sont toujours prêts à me soutenir mais ce sont aussi les premiers à critiquer lorsque quelque chose ne va pas, ce qui peut être difficile. En Grande-Bretagne, nous n'avons pas les générations de vainqueurs qu'ont eues l'Espagne ou l'Italie, parce que nous ne commençons pas nos carrières en Grand Prix. Jeremy [McWilliams] a été notre dernière star et ça commence à dater. Je ne sais pas si je réussirai à monter sur le podium mais je l'espère, autant pour moi que pour mes supporters."

Vidéos:

Voir toutes les vidéos de l'événement

Photos:

+ de news

Dernières news

  • MotoGP™
  • Moto2™
  • Moto3™
Publicité
Paddock Girls MotoGP VIP VILLAGE™