Edwards livre ses impressions avant Sepang

mercredi, 25 janvier 2012

Colin Edwards s'est confié à motogp.com avant le premier Test Officiel de la saison MotoGP™ 2012, qu'il disputera en CRT avec le team NGM Mobile Forward Racing.

Comment va ton épaule ?
"Ça va, je ne suis pas à 100% mais l'autre jour j'avais davantage mal à l'épaule droite qu'à l'épaule gauche et c'est pourtant celle qui n'a pas été opérée ! J'ai évidemment des problèmes aux deux, la droite aurait dû être opérée et la gauche n'est pas encore très solide mais ça va, je roule au Boot Camp et mes entraînements se passent bien."

Après avoir donné ton feedback sur la Suter-BMW à ton équipe à Jerez, quels sont les changements que tu attends pour Sepang ?
"Ce sera surtout au niveau de l'électronique. La moto a beaucoup de potentiel mais nous sommes pour l'instant limités à 65% de ce potentiel parce que l'électronique que nous utilisons est très différent des systèmes auxquels je suis habitué. Quand on travaille sur l'accélération et le contrôle de traction, on a parfois l'impression que c'est comme réinventer la roue. Je n'avais jamais travaillé avec les systèmes Bosch ou Magneti Marelli mais à Jerez ils avaient envoyé des gens pour nous assister et je sais qu'ils auront répondu à toutes mes demandes pour ce prochain test."

Avais-tu demandé d'autres modifications pour la moto ?
"A Jerez, tous les moindres changements que nous faisions sur l'électronique amélioraient énormément la moto, sans même que nous touchions aux réglages de géométrie. Je n'étais donc pas en mesures de dire quoi que ce soit sur le châssis, nous n'en étions tout simplement pas encore à ce stade. Tant que l'on ne peut pas piloter une machine à 100%, on risque de tourner en rond si on commence à changer les réglages. Il faut d'abord régler l'électronique, c'est le plus important."

La piste de Sepang est longue et exigeante. D'après toi, quel écart serait acceptable entre les temps que tu faisais là-bas auparavant et le meilleur temps que tu vas faire avec la moto de NGM Mobile Forward Racing la semaine prochaine ?
"Il y aura déjà beaucoup d'émotion lorsque nous retournerons à Sepang. Je pense qu'il est important que nous retournions en piste là-bas après ce qui s'est passé l'an dernier. Je suis impatient de reprendre la piste et de recommencer à travailler normalement. Je ne me soucis pas trop de l'écart qu'il y aura, je m'inquiète davantage de ma capacité à tirer le maximum de la moto. Si je suis limité par l'électronique, nous continuerons à travailler là-dessus. Je vais essayer d'aller le plus vite possible et nous verrons bien comment ça se passera. Si je devais donner un chrono, je dirais que tourner en 2'03 ou 2'02 serait satisfaisant. Est-ce que nous y arriverons ? Nous devrons attendre d'être là-bas pour le savoir."

Tu es le seul pilote sur Suter et le seul pilote avec un moteur BMW dans le paddock, est-ce que c'est un avantage ou une préoccupation ?
"Ça ne m'inquiète pas tant que le travail est fait. Je ne crois pas que développer une moto soit difficile, il faut se concentrer sur ce qui doit être changer et le faire correctement. Il faut par contre voir combien de temps il nous faut. Est-ce que ça va prendre deux semaines ou trois mois ? Avec BMW et Suter, je pense que les choses iront un peu plus vite que pour une machine d'usine et j'espère améliorer cette moto assez rapidement."

Lors de la présentation de Forward Racing, tu avais dit qu'il y avait des circuits où les CRT allaient surprendre beaucoup de monde. Est-ce que c'est toujours vrai ?
"Dans un monde parfait, si j'avais une moto de 250ch qui se comportait comme je le voulais, je pense que les CRT surprendraient effectivement beaucoup de monde sur certaines pistes. La question, maintenant, est de savoir si nous serons en mesures d'exploiter ces 250ch. Tant que ce ne sera pas possible et que je ne pourrai pas pousser la moto à fond, nous allons avoir du mal. Mais lorsque nous atteindrons ce point, je pense que les CRT surprendront pas mal de gens sur certaines pistes."

L'écart entre les CRT et les machines d'usine est au centre de beaucoup de discussions et on parle notamment de possibles pénalités ou restrictions qui pourraient être imposées aux constructeurs si cet écart est trop grand. Quel est ton avis sur ce sujet ?
"C'est une situation compliquée. Dans presque tous les pays du monde, il y a des circuits où l'on voit des Mazda courir contre des Ferrari. Comment est-ce possible ? On restreint le potentiel des plus rapides ou on allège les plus lents. Je pense que le Moto2 nous a ouvert les yeux. Il y a toujours beaucoup de monde aux avant-postes et au moins cinq pilotes capables de gagner, ce qui rend les courses vraiment excitantes… En ce qui concerne le MotoGP, est-ce qu'il serait injuste d'imposer des limites aux constructeurs ? Je n'ai pas la réponse. Nous avons besoin d'une meilleure compétition, qui soit plus serrée, en MotoGP. Comment est-ce que nous y arriverons ? Voilà la vraie question."

Vidéos:

Voir toutes les vidéos de l'événement

Photos:

+ de news

Dernières news

  • MotoGP™
  • Moto2™
  • Moto3™
Publicité
MotoGP VIP VILLAGE™