Furusawa parle de sa rencontre avec Preziosi

jeudi, 23 août 2012

Dans une interview accordée au journaliste MotoGP japonais Akira Nishimura, Masao Furusawa raconte comment Ducati l'a récemment contacté pour lui demander de contribuer au développement de la Desmosedici.

Personnage incontournable de la période 2004-2010 de Valentino Rossi chez Yamaha, Masao Furusawa, qui dirigeait à l'époque les ingénieurs chargés du développement de la M1, a récemment été approché par Filippo Preziosi, le directeur de Ducati Corse, qui espérait s'assurer ses services après l'échec essuyé par le constructeur italien avec la Desmosedici GP12.

Dans une interview avec Akira Nishimura, Furusawa a raconté en détails ses discussions avec Filippo Preziosi, qui l'avait invité en Italie à la fin du mois de juillet.

"Je lui ai parlé des fondamentaux, de la façon dont devait être conçue la moto. Il était très impressionné et voulait que j'en parle à ses collègues. Deux jours plus tard, Filippo a fait venir son ingénieur châssis et nous avons de nouveau discuté, chez lui," explique Furusawa, qui avait quitté Yamaha fin 2010, en même temps que Rossi.

"Je ne peux évidemment communiquer aucune information concernant la Yamaha et nous n'avons pas parlé de détails. Je lui ai simplement expliqué mon approche, ma façon de penser et ce que j'avais voulu faire en 2004. Par exemple, que le 'triangle centroide' - qui est le triangle formé par les points de contact avec l'avant, l'arrière et le sol, et qui est le centre de gravité de la moto - ne devrait pas avoir telle ou telle forme. Chez eux, quand ils parlent de suspensions, ils mesurent toujours tout en termes de 'rigidité'. Pour moi, on doit étudier les 'fréquences' pour que celle des suspensions avant et celle de l'arrière soient très proches l'une de l'autre. Ça rend le transfert de poids plus souple. Nous n'avons parlé que de généralités et d'approches scientifiques que j'avais utilisées avec nos motos."

"Je lui ai demandé pourquoi il m'avait fait venir parce que si je les rejoignais et que nous obtenions de bons résultats, ça signifierait que ses conceptions précédentes étaient mauvaises. Mais si je le rejoignais et que nous ne faisions pas mieux, ça aurait signifié que sa décision de me faire venir n'était pas la bonne. Je lui ai dit : 'D'une façon ou d'une autre, tu auras toute la responsabilité. Pourquoi prendre un tel risque ?' Filippo m'a tout de suite répondu : 'Peu importe si je perds ma position. Ce n'est pas important. La seule chose que je veuille, c'est rendre notre moto meilleure.' Quand il m'a dit ça, je me suis dit qu'il avait vraiment l'esprit d'un samurai…"

Dans l'interview complète, Furusawa explique qu'il a aussi profité de son séjour en Italie pour rendre visite à Rossi, qui était au courant des discussions entre l'ingénieur japonais et Ducati.

Rossi ayant choisi de retourner chez Yamaha et Furusawa ne voulant pas créer de tension entre les deux constructeurs, ces discussions n'aboutiront à aucune forme de collaboration. Retrouvez l'interview complète en anglais sur motomatters.com et en japonais sur mr-bike.jp.

Vidéos:

Voir toutes les vidéos de l'événement

Photos:

+ de news

Dernières news

  • MotoGP™
  • Moto2™
  • Moto3™
Publicité
MotoGP VIP VILLAGE™