Ellison : "Un rêve qui devient réalité"

jeudi, 26 janvier 2012

James Ellison revient en MotoGP™ cette année avec le team CRT de Paul Bird Motorsport et a rencontré motogp.com pour discuter de son retour dans la catégorie reine, dans laquelle il avait couru en 2005 et 2006.

Beaucoup de choses ont changé depuis la première tentative de James Ellison en MotoGP. Après une saison sur WCM en 2005 puis une seconde avec Tech3 Yamaha l'année suivante, le Britannique était parti faire ses armes dans l'American AMA Superbike et a ensuite accumulé 17 podiums au long de quatre saisons dans le British Superbike. Ellison a également eu plusieurs wildcards dans le Championnat du Monde Superbike en 2008 et 2009 et a disputé les saisons entières du Championnat du Monde Supersport et du British Superbike l'an dernier.

Ellison s'apprête maintenant à retrouver le paddock MotoGP avec avoir signé un contrat de deux ans avec le team Paul Bird Motorsport, qui le fera courir en CRT cette année. Le Britannique fera ses premiers tours de roue avec sa nouvelle machine à Jerez en février et devrait réaliser d'autres essais à Aragón avant de participer au Test Officiel de trois jours qui aura lieu en mars à Jerez.

Parles-nous de ton équipe, tu as Mick Shanley (du team British Superbike Swan Yamaha) comme chef-mécanicien…
"J'ai réussi à garder Mick, je travaille avec lui depuis deux ans mais nous nous connaissons en fait depuis près de quatre ans. Phil Borley dirigera l'équipe technique et j'ai aussi Dave Parkes qui était avec moi chez GSE Racing en 2009. J'ai donc une équipe qui me connaît bien et c'est plus simple comme ça. Il y a beaucoup de travail à faire pour le développement mais grâce à cette équipe, nous savons déjà que nous éviterons les problèmes de compréhension entre pilote et mécaniciens."

Que peux-tu nous dire de la moto, nous savons qu'il y aura un moteur Aprilia mais d'où viendra le châssis ?
"La moto sera une ART, avec un châssis qui a été spécialement conçu pour le MotoGP. Je sais simplement que c'est quelque chose qu'ils ont développé spécifiquement pour ce moteur, selon le règlement CRT et pour les pneus Bridgestone."

Ce sera donc la même moto que celle du team Aspar ?
"Je ne sais pas, notre plan de départ était d'utiliser le moteur Aprilia et de construire un châssis mais Paul n'avait pas le temps. Je crois qu'il aimerait construire son propre châssis à partir du moteur mais pour l'instant nous allons nous contenter de ce que nous avons."

Tu ne testeras pas ta moto avant le 20 février, est-ce qu'avoir moins d'essais que les autres teams MotoGP et CRT est une source de préoccupation ?
"Pas vraiment. Je ne crois pas que les essais de début d'année fassent une grande différence. Les machines d'usine sont déjà bien avancées dans leur développement, ils n'ont plus qu'à les régler. Il nous faudra plusieurs années pour arriver à leur niveau. En ce qui concerne les autres CRT, je suppose que nous partagerons nos informations avec ceux qui utilisent la même moto. J'imagine qu'il est dans l'intérêt d'Aprilia que nous collaborions dès le premier test et aussi lorsque tout le monde sera à Sepang. Avec ce qu'ils apprendront là-bas, nous devrions avoir de bonnes informations pour les prochains rendez-vous."

"Je ne suis donc pas inquiet. Nous devons accepter notre situation et faire au mieux. J'ai une bonne équipe derrière moi et j'espère que tout se passera bien pour les premiers tests. Nous travaillerons simplement sur les réglages de la moto pour qu'elle fonctionne bien."

Tu connais déjà le MotoGP mais beaucoup de choses ont changé depuis ton départ…
"Honnêtement, je suis très heureux de relever le challenge, c'est un rêve qui devient réalité. Je sais que ce ne sera pas facile mais nous allons au moins essayer et faire de notre mieux pour être le meilleur team CRT, ce sera notre principal objectif."

L'écart entre les CRT et les machines d'usine est au centre de tous les débats, quel est ton avis sur la question ?
"Il a fallu beaucoup de temps pour que les machines d'usine arrivent au niveau où elles sont aujourd'hui. Je crois que les pneus Bridgestone rendront la compétition un peu plus équitable et je pense aussi que les CRT ne seront pas aussi loin que ce qu'on annonce. Nous serons certainement en difficulté sur les premières courses mais j'espère que nous réussirons à progresser rapidement."

Ce sera donc une année de transition ?
"Certainement. Je ne pense pas qu'on puisse changer le règlement et faire courir tout le monde sur des CRT. Pour des pilotes comme Pedrosa, Stoner et les autres, ça serait sûrement vu comme un pas en arrière. Mais étant donnée la situation économique, si on ne peut pas se permettre d'avoir un Championnat équitable, à quoi bon continuer ? J'espère que les organisateurs trouveront une solution pour limiter les coûts tout en rendant les courses un peu plus excitantes."

Le fait qu'il y ait 21 motos sur la grille et que certains pilotes puissent revenir en MotoGP est un bon point de départ.
"C'est le championnat de l'élite, c'est le meilleur championnat de motocyclisme au monde. Il n'y aura donc jamais une grille gigantesque mais ça commençait à devenir trop restreint et les pilotes des teams officiels sont actuellement beaucoup trop loin devant les autres. Je ne crois pas que les pilotes qui sont devant aient beaucoup plus de talent que les autres. Ils sont certainement meilleurs, mais l'écart en termes de talent n'est pas aussi important. Les machines jouent un rôle primordial et si nous arrivons à réduire l'écart technologique entre les motos, je pense que beaucoup de pilotes auront l'occasion d'exhiber leur talent. Ce serait aussi plus intéressant à suivre."

Ce pourrait être le début d'une nouvelle ère ?
"Ce serait bien si nous nous dirigions vers quelque chose qui ressemble au Moto2. Je savais que le Moto2 allait marcher grâce à la règle du moteur unique et des châssis prototypes, parce qu'il y a beaucoup de bons ingénieurs ici. Je savais que ça allait marcher mais ça a été encore mieux que ce à quoi je m'attendais. Je pense que les CRT doivent d'abord faire leurs preuves avant que les gens acceptent le concept. Je pense en tout cas que Dorna a choisi la bonne voie. Il faudra peut-être du temps pour que les pilotes et les spectateurs l'acceptent mais je pense qu'après quelques courses, nous pourrons prouver que c'était la bonne décision."

Les technologies utilisées en MotoGP ont beaucoup changé depuis ta dernière saison. Est-ce que ça t'inquiète ou est-ce que le fait de courir en CRT devrait te faciliter les choses ?
"Je ne suis pas inquiet. J'ai fait énormément de travail de développement par le passé, j'adore ça et c'est l'une des raisons pour lesquelles je suis ravi de continuer à travailler avec Mick. Nous avons l'habitude de passer des heures devant l'ordinateur la nuit, à étudier le fonctionnement de ces machines et l'électronique. Pour moi c'est une passion et je suis donc très enthousiaste pour cet aspect de mon travail. Avoir Mick, Phil et toute notre équipe technique sera un gros avantage parce que nous aurons vraiment besoin de tirer le meilleur de notre machine pour essayer de rattraper les autres."

Vidéos:

Voir toutes les vidéos de l'événement

Photos:

+ de news

Dernières news

  • MotoGP™
  • Moto2™
  • Moto3™
Publicité
Paddock Girls MotoGP VIP VILLAGE™