Mike Di Meglio revient sur une saison 2012 particulièrement compliquée

Le Moto2™ est partenaire de
jeudi, 29 novembre 2012

Mike Di Meglio fait le bilan d'une saison difficile, au cours de laquelle il aura couru avec trois teams différents, sans jamais avoir l'opportunité de confirmer le potentiel affiché en début d'année.

Arrivé chez S/Master Speed Up, aux côtés d'Andrea Iannone, début 2012 et après avoir passé une bonne partie de l'hiver dans le doute, Mike Di Meglio avait réalisé une bonne pré-saison avant d'attaquer les choses sérieuses au Qatar, lors de la première manche, où il se qualifie en deuxième ligne et prend la septième place. Il court de nouveau aux avant-postes lors de la deuxième épreuve, à Jerez, mais chute alors qu'il lutte encore pour le podium. Le Français manque de réussite sur les courses suivantes mais c'est un désaccord financier qui le contraint à quitter son team suite à l'épreuve d'Assen. Absent de la huitième manche, celle du Sachsenring, Di Meglio retrouve un guidon chez MZ Racing pour faire son retour en Italie, au Mugello, mais est bien évident en difficulté sur un châssis peu compétitif et dans une structure qu'il connaît à peine. Après être passé juste à côté du point de la quinzième place à Brno, le Toulousain change à nouveau de team et se retrouve sur la Kalex du team Kiefer Racing, avec qui il finira la saison 2012. 

S'il parvient à marquer quelques points avec la formation allemande, Di Meglio ne parvient cependant pas à se montrer aussi compétitif qu'il l'espère et souffre de nombreux problèmes techniques. Après avoir dû faire face à autant de difficultés, le Champion du Monde 125cc 2008 termine quand même l'année sur une note positive puisqu'il est invité à participer à la journée d'essais qui suit la dernière course, à Valence, par JiR Moto2, et découvre alors une équipe aussi sérieuse que réputée, avec laquelle il se sent tout de suite à l'aise et qui pourrait le confirmer pour 2013 dans les jours à venir.

Mike, ta saison 2012 a été particulièrement difficile puisqu'après une bonne pré-saison et des premières courses prometteuses, tu te retrouves obligé de quitter S/Master Speed Up puis tu cours ensuite pour deux autres teams sur le reste de la saison. Comment est-ce que tu as vécu cette année ?

"Ça a été une année très compliquée, d'abord parce que j'ai eu des soucis financiers avec ma première équipe, qui ont fait que je me suis retrouvé à pied. On avait quand même fait un bon début de saison. Le problème, c'est que je me suis retrouvé dans une situation où je devais trouver des solutions qui n'étaient pas prévues à la base et c'était donc très compliqué. J'ai ensuite eu une opportunité avec MZ. J'ai fait quelques courses avec eux mais c'était une équipe qui n'avait pas du tout de budget et qui s'apprêtait à déposer le bilan. J'ai eu la chance de pouvoir aller dans le team Kiefer pour la fin de la saison mais on n'a pas fait les résultats attendus. On a eu beaucoup de problèmes techniques avec la moto, des casses moteur et beaucoup de soucis sur les trois dernières course, ce qui était dommage. Donc globalement l'année a été très compliquée pour moi puisque j'ai dû à chaque fois essayer de m'adapter à de nouveaux châssis et à de nouvelles équipes. C'était très dur. En trois ans, j'ai essayé beaucoup de motos, j'ai travaillé avec beaucoup de gens mais j'ai toujours la même envie. Le Moto2 est une catégorie très compliquée mais je sais que je peux faire quelque chose de bien si je suis dans de bonnes conditions. J'y crois et c'est pour ça que je continue à me battre."

Il y a quand même eu un peu de positif dans ton début de saison, où tu étais assez compétitif…

"Oui, le meilleur moment ça a été la première course au Qatar puis celle de Jerez, même si à Jerez, je suis tombé à cause d'un soucis technique sur la fourche alors que j'étais devant en début de course. Sur les deux premiers Grands Prix, on avait bien commencé le Championnat, on était prêts, on avait bien travaillé pendant l'hiver. Les choses ont malheureusement fait qu'on a pas pu continuer et être aux avant-postes, comme on l'aurait souhaité."

Malgré tous les problèmes et les changements que tu as eus, est-ce qu'il y a des choses que tu as pu apprendre ou tirer de ta saison ?

"Apprendre à m'adapter déjà, parce qu'en changeant d'équipe aussi souvent, à chaque fois c'était un peu comme faire des essais hivernaux en plein milieu de la saison, quand les autres équipes étaient déjà rodées depuis plusieurs courses. A chaque fois que je changeais de team, je me retrouvais dans une équipe qui ne me connaissait pas, avec une moto qui n'était pas réglée pour moi. Il fallait donc m'adapter et essayer d'en tirer le meilleur mais c'est une catégorie très compliquée et il nous manquait toujours du roulage et des kilomètres pour pouvoir faire de meilleurs résultats en fin de saison."

A Valence, lors du test qui suivait la dernière manche, tu as eu l'opportunité de travailler avec le team JiR Moto2. Comment s'est passée cette journée d'essais ?

"Les chronos n'ont pas été fabuleux mais le briefing avec l'équipe technique m'a vraiment beaucoup plu. Avant ça, je ne connaissais pas du tout Gianluca Montiron (le directeur de JiR) mais c'est quelqu'un qui m'a tout de suite mis en confiance, quelqu'un de bien, avec un grand passé derrière lui. Il y a aussi Massimo Biagini, le chef-mécanicien qui était cette année avec Johann Zarco, c'est quelqu'un qui est très expérimenté et c'est un chef-mécanicien que j'aurais souhaité avoir ces dernières années en Moto2 parce que je pense que Johann a eu quelqu'un de très fort à ses côtés cette année et c'est quelque chose de très important dans une catégorie comme celle-ci."

"Le châssis m'a donné un bon feeling. Après, en Moto2, les châssis sont tous différents en étant tous très proches. Chaque châssis a ses qualités et ses défauts et celui-ci est un très bon châssis, qui m'a donné de bonnes sensations. Mais en une journée, c'est assez dur de juger tout ça." 

Où en êtes-vous dans les négociations pour 2013 ?

"Ça avance très bien avec JiR, on essaye de finaliser tout ça et j'espère qu'on pourra le confirmer d'ici peu. Ce serait vraiment une très bonne opportunité pour moi. Cette saison j'ai dû changer plusieurs fois de châssis, je me suis séparé de mon manager, j'ai eu beaucoup de soucis cette année et ce serait génial de me retrouver dans une équipe qui se donne les moyens d'être devant. De mon côté, je suis déjà en train de travailler pour l'année prochaine, pour être préparé au mieux. Ce serait vraiment différent de l'année dernière, puisqu'arrivé en janvier, je ne savais toujours pas ce que j'allais faire. Maintenant il n'y a rien de signé pour l'instant mais on est bien partis et moi dans ma tête je suis déjà en train de me préparer pour 2013."

Quel est ton programme d'entraînement pour cet hiver ?

"Un gros entraînement sportif, beaucoup de foncier, je travaille aussi la tonicité, avec musculation et gainage. Et puis je m'entraîne aussi à moto quand je peux. En dehors de ça je me remets aussi constamment en question pour essayer de toujours avancer et de progresser au fil de l'hiver."

"Ça a été une année difficile mais je remercie mes partenaires, qui m'ont aidé toute cette saison, et mon père qui a été là et qui m'a aussi beaucoup aidé quand j'avais des soucis." 

Vidéos:

Voir toutes les vidéos de l'événement

Photos:

+ de news

Dernières news

  • MotoGP™
  • Moto2™
  • Moto3™
Publicité
Paddock Girls MotoGP VIP VILLAGE™