Randy de Puniet fait le bilan de sa saison 2012

samedi, 1 décembre 2012

Randy de Puniet s'est confié à motogp.com pour parler de sa saison 2012, du format CRT, de son avenir ainsi que de la possibilité de développer un prototype avec Suzuki l'an prochain.

Randy, cette année tu relevais un nouveau challenge avec le team CRT d'Aspar, avec une toute nouvelle moto, et tu t'es battu avec ton coéquipier Aleix Espargaró pour finir premier des CRT. Quel bilan fais-tu de ta saison 2012 ?

"Au niveau des résultats, le bilan est mauvais puisque je finis derrière mon coéquipier. L'objectif était de finir premier CRT et je n'ai pas réussi, pour diverses raisons. Maintenant, on était parti de zéro avec cette moto. On avait bien travaillé pendant les tests hivernaux et on avait trouvé une bonne base puisqu'on a régulièrement dominé la catégorie. J'ai même réussi à me retrouver devant des motos officielles en qualifications, ou à rester avec les prototypes pour une bonne partie de la course sur des circuits comme Jerez. Il y a donc eu des choses intéressantes au niveau potentiel. Après, la moto n'a pas évolué comme je l'aurais espéré et l'écart avec les prototypes est resté assez important. On dominait la catégorie et du point de vue d'ART, ce n'était pas intéressant de mettre beaucoup d'argent dans le développement si c'était pour continuer à faire les mêmes résultats. Ce qu'ils voulaient, c'était consolider leur place au niveau CRT et pas plus. Je suis donc un peu déçu qu'on ait pas pu se rapprocher un peu des prototypes parce que je pense que la moto avait réellement un potentiel. Le moteur et l'électronique étaient un peu en retrait mais le châssis était plutôt bon. C'est une moto qui était saine, et avec laquelle j'ai pris du plaisir sur pas mal de courses."

Côté développement, quelles sont les améliorations que tu peux attendre pour l'an prochain ?

"On a eu des évolutions pour le châssis et le bras-oscillant à Valence (lors du test qui suivait la dernière course de l'année). Je n'ai malheureusement pas pu essayer le châssis en raison de la météo. Ensuite au niveau moteur, on nous a laissé entendre que ce sera un peu plus performant. Il y a aussi Bridgestone qui prévoit de nous fournir des pneus encore un peu plus tendres, ce qui devrait nous permettre de travailler un peu plus durant les week-ends de Grand Prix et d'être un peu plus performants en qualifications. On a aussi les données de 2012 et on ne sera donc plus dans l'inconnu l'an prochain, c'est une bonne chose et je pense qu'on progressera plus l'an prochain qu'au cours de cette année."

Est-ce que tu penses que les CRT réduiront l'écart sur les prototypes l'an prochain, bien que ces derniers soient aussi en développement durant l'hiver ?

"Je pense qu'on peut réduire l'écart par rapport à cette année. Je ne sais pas jusqu'à quel point mais je pense qu'on sera plus proches des prototypes. Les autres marques seront aussi plus proches. Il restera toujours une différence avec les prototypes, il ne fait pas rêver non plus, mais on devrait en être un peu plus proches."

En étant engagé en CRT, tu es dans une situation particulière puisqu'au départ de chaque course, tu sais que tu resteras, quoi qu'il arrive, derrière une bonne dizaine de pilotes sur prototypes et que tu ne marqueras que quelques points, même si tu es victorieux au sein du groupe CRT. Dans ces conditions, est-ce que c'est difficile de rester aussi motivé et ambitieux qu'auparavant ?

"Ce n'est pas simple mais il faut rester motivé, je dois être performant si je veux toujours être présent en 2014 quand il y aura le changement de règlement. L'année prochaine, je vais éviter de faire les erreurs que j'ai faites cette année et essayer d'avoir une saison plus consistance. J'espère que je n'aurais plus les problèmes techniques que j'ai eus cette année mais c'est sûr que psychologiquement, ce n'est pas facile, parce que quand on part, on sait qu'on ne pourra pas faire mieux que treizième par exemple, mais il faut faire avec. Il y a des courses où on peut faire mieux et se battre avec les motos officielles les moins rapides. C'est comme ça mais je sais au moins à quoi m'attendre l'année prochaine."

En dehors de certaines erreurs, cette année tu as souffert de beaucoup de soucis techniques en course et il y a aussi des fois où tu t'es fait sortir par d'autres pilotes, comme à Laguna Seca ou encore à Misano, où tu es obligé de sortir de piste dès le premier tour pour éviter Barberá et Pedrosa qui chutent juste devant toi. Est-ce que tu as parfois l'impression d'avoir manqué de chance ?

"Je n'aime pas dire ça parce qu'après on dit que je me plains trop souvent. Aujourd'hui je fais le bilan, je n'ai pas été premier CRT pour plusieurs raisons et ça en fait partie. Maintenant ce sont des faits de course. Le bilan est là et ça ne sert à rien de se dire qu'on a pas eu de chance. Je ne peux rien y faire mais par contre, je peux inverser la tendance sur les choses que j'ai mal faites cette saison et je vais donc me focaliser là-dessus. Et puis je pense que tous les petits soucis techniques qu'on a eus cette année étaient liés au fait qu'il s'agissait d'une nouvelle moto, et je pense qu'on ne les aura plus l'an prochain."

L'an prochain tu continues chez Power Electronics Aspar mais en parallèle de ça, tu pourrais éventuellement faire des essais avec Suzuki, qui a besoin d'un pilote pour développer sa moto de 2014. Où en êtes-vous dans les discussions ?

"Mon manager a été sollicité par Suzuki au mois d'août. L'an dernier, j'avais fait des essais très positifs à Valence (après la dernière course) et on était en discussion pour 2012 jusqu'à ce qu'ils décident d'arrêter. Ils sont revenus nous voir cette année, on a pas mal discuté et puis on s'est revus au Japon. Ils ont l'air intéressés, moi aussi, maintenant il reste à mettre en place un système pour que ça fonctionne. J'espère aboutir assez rapidement à quelque chose mais pour l'instant il n'y a rien de signé et je ne peux donc pas en dire beaucoup plus. Pour moi ce serait une superbe opportunité, aussi une saison bien chargée mais ça ne me fait pas peur. Je pense au futur et retravailler avec une usine, avec un vrai proto, pour moi ce serait l'idéal. Ça aurait été moins intéressant de ne faire que ça et de ne pas courir à côté mais si je peux combiner ma saison avec Aspar et ces essais avec Suzuki ce serait vraiment parfait."

L'an prochain tu auras 32 ans, est-ce que tu penses déjà à la fin de ta carrière en Grand Prix et combien de saisons est-ce que tu espères faire avant d'arrêter ?

"Je n'ai rien fixé pour l'instant, ça va dépendre des performances et de la façon dont les choses évoluent. Si en 2014, je peux récupérer une moto compétitive, je pourrai espérer encore faire plusieurs années. Ça a été compliqué avec Ducati en 2011 puis c'était aussi un peu compliqué cette année puisque c'était un nouveau challenge mais je n'ai pas envie de partir sur une note négative ou moyenne et c'est pour ça que je continue. J'espère que des portes s'ouvriront pour moi en 2014 et que je pourrai faire le genre de saisons que j'ai faites en 2010 ou en 2009 mais sans blessure et en allant jusqu'au bout. Ensuite on verra mais actuellement, j'ai toujours la même envie, même si il y a des hauts et des bas, et j'espère retrouver un challenge sportif qui soit vraiment intéressant en 2014."

Ton programme pour cet hiver ?

"Déjà je me marie au mois de décembre, normalement il n'y a pas de changement (rires). Je passe donc l'hiver en Australie, de décembre à février, il y aura les premiers tests de pré-saison en février et je reviendrai en Europe avant les tests de Jerez, qui vont se dérouler au mois de mars."

Et côté préparation physique ?

"Je fais beaucoup de vélo, je m'entraîne en salle de sport, je fais de la course à pied, du squash. J'avais un peu arrêté la moto tout terrain l'hiver quand j'étais blessé mais là je vais pouvoir m'y remettre. J'ai trouvé de quoi rouler en Australie, sur un speedway de dirt-track, ce n'est pas vraiment comme le motocross mais ça permet de garder le contact avec le guidon. Le tout terrain, c'est quelque chose qui me plaît et qui m'avait manqué ces deux derniers hivers. Ensuite, quand je rentrerai en Europe, je ferai du cross pour garder la forme et me faire plaisir, tout en me préparant pour la prochaine saison."

Vidéos:

Voir toutes les vidéos de l'événement

Photos:

+ de news

Dernières news

  • MotoGP™
  • Moto2™
  • Moto3™
Publicité
Paddock Girls MotoGP VIP VILLAGE™