A la découverte du Circuit of the Americas

Discovering Circuit of the Americas
mardi, 16 avril 2013

Long de cinq kilomètres et demi et situé à moins d’une demi-heure du centre ville d’Austin, le Circuit of the Americas sera le quatrième circuit américain à accueillir le Championnat du Monde MotoGP™.

Les Etats-Unis sont maintenant le deuxième pays, avec l’Espagne, à accueillir au moins trois Grands Prix au cours de la saison puisque l’épreuve d’Austin sera suivie des désormais traditionnelles manches de Laguna Seca et d’Indianapolis, qui auront lieu en juillet et en août.

« Le virago n°1 arrive après un gros freinage en montée, où on prend beaucoup de g, » explique Christophe Bourguignon, le chef mécanicien du team LCR Honda. « La section qui va du virage n°3 au n°8 est ensuite très fluide, avec des virages rapides à prendre en troisième. Après ça il y a de nouveau un gros freinage au virage n°11, où les pilotes arrivent en quatrième et doivent rétrograder jusqu’en première. Suit une longue ligne droite où ils atteignent quasiment les 340 km/h, et la sortie qui précède la ligne droite est donc importante. Au bout, il y a un freinage très dur, où il faut passer de la sixième à la première. »

Un simple coup d’oeil sur la carte du COTA confirme les commentaires de Bourguignon quant à la variété qu’offre le tracé. Les pneus Bridgestone seront d’ailleurs durement sollicités, surtout pour la course de 21 tours du dimanche après-midi.

« Je crois qu’on reste en première vitesse pour près de 35 secondes par tour, » ajoute Bourguignon. « Il y a certains circuits où l’on n’utilise même pas la première. Avant d’arriver aux deux derniers virages, il y a un triple droite qui est très, très exigeant pour le pneu arrière. »

Tom Houseworth, le chef mécanicien de Ben Spies chez Ignite Pramac Racing, souligne de son côté l’importance de l’étagement de la boîte de vitesses : « On ne peut pas aller là-bas en disant qu’on va faire tel ou tel type de réglages. Avant ça nous devons savoir où la moto partira en wheelie, où elle aura tendance à patiner… on doit savoir tout ça avant de déterminer quels sont les réglages à modifier, et l’unique façon d’avoir ces informations est de rouler là-bas. Nous pouvons faire une simulation et essayer de régler la boîte du mieux que possible. C’est toujours très important, surtout sur un circuit qui à une vingtaine de virages ! »

Les Etats-Unis avait accueilli leur premier Grand Prix à Daytona, en Floride, pour l’ouverture de la saison 1964. Mike Hailwood, qui allait remporter le troisième de ses quatre titres en 500cc, s’était imposé avec MV Agusta devant Phil Read (Matchless) et John Hartle (Norton).

Dernières news

  • MotoGP™
  • Moto2™
  • Moto3™
Publicité
MotoGP VIP VILLAGE™