Javier Alonso revient sur l’incident Márquez-Pedrosa

mardi, 1 octobre 2013

Javier Alonso, représentant de Dorna Sports au sein de la Direction de Course, explique la décision d’organiser une audience avec Marc Márquez et Dani Pedrosa suite à l’incident survenu dimanche dernier au Grand Prix d’Aragón et discute aussi de la possibilité d’imposer une sanction ou d’amender le règlement du Championnat du Monde MotoGP™.

Suite à l’incident survenu entre les deux pilotes du team Repsol Honda dans le sixième tour du Grand Prix Iveco d’Aragón dimanche dernier au MotorLand, la Direction de Course a convoqué Marc Márquez et Dani Pedrosa à une audience qui aura lieu le jeudi 10 octobre à Sepang, juste avant le Grand Prix Shell Advance de Malaisie, afin d’analyser les évènements. 

Javier Alonso, Directeur des Evènements pour Dorna Sports et membre de la Direction de Course, est revenu sur les raisons qui ont motivé une telle réunion ainsi que sur le décision de reporter un éventuel verdict à l’arrivée du MotoGP™ au Circuit International de Sepang la semaine prochaine.

« C’était un incident particulier, avec un élément très technique, » a expliqué Alonso à motogp.com. « En fait, lorsque nous avons vu l’incident en direct, nous n’y avions pas pensé. Marc Márquez avait apparemment touché Dani Pedrosa mais rien n’indiquait qu’il pouvait y avoir un lien entre le contact et la chute de Pedrosa. »

« Après la course, nous avons appris qu’il y avait eu un problème technique, que la coupure d’un câble avait très certainement entraîné une défaillance du contrôle de traction de la moto de Pedrosa, puis son abandon. C’est à ce moment-là que nous avons décidé de mener une enquête. Nous devons cependant récupérer un certain nombre de données techniques et c’est pour ça que l’audience n’aura pas lieu avant la Malaisie. »

Le point clé de la réunion qui se tiendra à Sepang sera sans aucun doute la décision d’imposer ou non une pénalité à Márquez pour avoir été à l’origine de la chute de Pedrosa, qui avait affirmé que son coéquipier avait « franchi la limite ».

« Tout est possible, il peut y avoir sanction comme ne pas y en avoir, » a ajouté Alonso. « Nous devons voir si l’incident aurait pu être évité ou non, l’incident entre les deux pilotes et l’accident en lui-même. Une fois que nous aurons compris tout ce qui s’est passé, si nous devons prendre une décision, nous prendrons la décision la plus appropriée. »

La Direction de Course risque cependant d’avoir du mal à situer la frontière entre une manoeuvre acceptable et un comportement répréhensible dans le cas d’incidents aussi complexes. 

« C’est très compliqué. Si les gens pensent avoir une idée sur la façon dont il faut réguler ce genre d’incidents et se sentent capables de définir ce qui peut et ce qui ne peut pas être fait, nous sommes ouverts aux suggestions. Au fil des ans, mes collègues de la Direction de Course et moi-même ne sommes jamais tombés sur deux incidents identiques. Tous les incidents sont différents. »

« Nous avons vu ce qui s’est passé entre Marc et Dani, mais si un pilote cherchait à couper un câble à l’arrière d’une autre moto en utilisant son coude ou son levier d’embrayage, il manquerait probablement l’objectif un millier de fois. Malheureusement, cette fois-ci, c’est précisément ce qui s’est passé. Essayer de trouver un accord sur ce qui doit être permis et ce qui doit être sanctionné est très compliqué, si ce n’est impossible. »

Quant aux éventuels amendements qui pourraient s’imposer pour le règlement MotoGP™ (comme ce fut récemment le cas pour les simulations de départ à la fin des séances), Alonso a ajouté : 

« Oui, il pourrait y avoir des changements. Comme vous le savez tous, la sécurité des pilotes est une priorité absolue et dans ce cas il est évident qu’il y a eu un incident mais en même temps il y a quelque chose qui n’a pas fonctionné et c’est donc normal que la chute se soit produite aussi vite. »

 
TAGS Aragon

Dernières news

  • MotoGP™
  • Moto2™
  • Moto3™
Publicité
Paddock Girls MotoGP VIP VILLAGE™