Lorenzo : « Il me reste encore un cap à franchir en tant que pilote »

mercredi, 30 avril 2014

Dans une longue interview accordée à ‘ICON’, supplément du quotidien espagnol El País, Jorge Lorenzo a parlé de sa philosophie en tant que pilote et a donné un aperçu de sa personnalité en dehors des circuits.

Le Champion du Monde MotoGP™ 2010 et 2012 participera à son 200ème Grand Prix ce week-end à Jerez et fêtera aussi ses 27 ans dimanche au Grand Prix bwin d'Espagne.

Lorenzo sera le plus jeune pilote à atteindre les 200 Grands Prix et s’est avant ça confié à ICON pour discuter de sa carrière mais aussi de bien d’autres sujets.

Après 199 courses en Grand Prix, le Majorquin a affirmé que sa meilleure course demeurait celle de Phillip Island de 2007, en 250cc. « Ce jour-là, j’avais l’impression d’avoir atteint la perfection, » a commenté Lorenzo. « Pas la perfection, parce que c’est impossible, mais j’étais à mon meilleur niveau. Je n’aurais pas pu être mieux sur ma moto. Je distançais tout le monde de deux secondes par tour et tout semblait si facile. Lors des courses qui ont suivi, j’ai réalisé que ce n’était pas si facile et qu’on a rarement un tel sentiment. »

Le pilote du team Movistar Yamaha MotoGP a aussi parlé de ses qualités et de ses défauts en tant qu’homme : « Très jeune, j’avais déjà les idées claires. J’ai une forte personnalité, j’ai toujours été comme ça. J’ai essayé de m’adoucir pour que les gens ne pensent pas que je sois agressif ou arrogant. »

« Je pense que la perception qu’on a de moi a été biaisée par certaines choses que j’ai parfois pu dire à chaud, sur le coup, parce que je n’ai pas toujours été très diplomatique. Mais je sens que je me suis récemment amélioré. J’essaye de voir le positif autour de moi, de me concentrer dessus. Cela demande de l’humilité et sans humilité on ne peut pas changer comme je l’ai fait ces dernières années. »

Lorenzo considère par ailleurs qu’il pourrait déjà être vu comme un vétéran, bien qu’il soit encore assez jeune : « C’est terrible mais je suppose que c’est vrai. Je pense qu’il me reste encore un important cap à franchir pour progresser en tant que pilote. Mais la réalité dans ce sport, d’après ce que je vois, est que vous êtes au sommet de votre carrière à 26 ans et qu’après, votre niveau commence à baisser au fil des ans. »

« Quand on est plus jeune, on est plus ambitieux, on a faim et on peut prendre davantage de risques. Cela donne parfois un avantage mais ça peut aussi pousser à prendre de mauvaises décisions et à chuter plus souvent. Je pense que je suis proche de l’équilibre entre la jeunesse et l’expérience mais si je devais faire un choix entre les deux je prendrais l’expérience et tout ce qui avec. »

Quant à ses adversaires et au fait que leur talent ait pu le rendre plus fort, Lorenzo a ajouté : « Ça ne marche qui si vous les battez ! Si vous avez d’incroyables rivaux et qu’ils vous battent tout le temps, personne ne se rappellera de vous. Ce sport est comme ça. Celui qui est deuxième est le premier à perdre. »

Vidéos:

Voir toutes les vidéos de l'événement

Dernières news

  • MotoGP™
  • Moto2™
  • Moto3™
Publicité
Paddock Girls MotoGP VIP VILLAGE™