Achat de billets
Achat VidéoPass

Arnaud Vincent : Je peux enfin m´exprimer !

Arnaud Vincent : Je peux enfin m´exprimer !

Arnaud Vincent : Je peux enfin m´exprimer !

De retour sur Aprilia, avec le team Imola Circuit - Exalt Cycle Race, Arnaud Vincent figure en tête du Championnat du Monde 125 après les trois premières manches de la saison 2002. motograndprix.com s´est entretenu avec le nancéen, qui évoque sa réussite, sa vision du Championnat et son état d´esprit à l´approche du GP de France, qui se déroulera au Mans le week-end prochain.

motograndprix.com : Une victoire et deux podiums en trois courses, c´est un début de saison idéal. Est-ce une surprise ?
Arnaud Vincent : Non pas vraiment. Pendant deux saisons, je savais que je n´étais pas à mon niveau. Cette année, j´ai la bonne moto, la bonne équipe et je roule bien. C´est un ensemble de choses qui fonctionnent bien et les résultats sont donc logiques.

mgp.com : C´est un changement radical par rapport à l´an dernier... Cela a t´il modifié ton approche des courses, ton capital confiance ?
AV : J´ai enfin le matériel pour m´exprimer. Auparavant, même si le matériel n´était pas à la hauteur de mes espérances, j´ai toujours été confiant. Cette année, la moto est efficace et les résultats sont là : cela prouve que j´ai bien fait de m´accrocher. Je suis vraiment satisfait, c´est un véritable soulagement.

mgp.com : Avec 24 points d´avance sur Poggiali, tu disposes désormais d´une certaine marge de sécurité au niveau du Championnat : comment vas-tu aborder la suite de la saison ?
AV : Je ne m´en préoccupe pas du tout. Nous n´avons disputé que trois courses, il en reste treize : le Championnat ne fait que commencer et tout est encore possible. Il risque en effet de se passer beaucoup de choses et le mieux est de prendre les courses une par une. A chaque fois, l´essentiel sera de bien figurer, pas de faire des calculs.

mgp.com : Le prochain Grand Prix aura lieu au Mans. Le public français, est-ce une source de pression supplémentaire ou au contraire, un soutien ?
AV : Je ne ressens pas de pression particulière à l´idée de courir en France. Par contre, je sais, notamment grâce à mon site web, que j´ai beaucoup de supporters et c´est un véritable soutien. Le week-end prochain, je compte bien donner le maximum pour leur donner satisfaction !

Tags:
125cc, 2002, Polini Grand Prix de France

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›