Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

La technologie MotoGP sous l´oeil de l´expert

La technologie MotoGP sous l´oeil de l´expert

La technologie MotoGP sous l´oeil de l´expert

Avec l´introduction des nouvelles machines 4-temps, conçues selon le nouveau règlement MotoGP, le Championnat du Monde devait finir par attirer l´oeil des plus grands ingénieurs du monde des sports mécaniques. Le week-end dernier, à Estoril, où se déroulait le Grand Prix Marlboro du Portugal, un des designers les plus prolifiques et les plus respectés de la F1 a eu l´occasion de découvrir les dernières nouveautés introduites en MotoGP : il s´agissait de John Barnard. A 56 ans, le britannique a eu l´occasion de collaborer avec les plus grandes équipes de F1 depuis le début des années 80. Il est à l´origine de deux innovations majeures : la monocoque en carbone, avec McLaren, et la boîte semi-automatique, avec Ferrari, des solutions reconnues et largement employées aujourd´hui dans d´autres disciplines.

Aussi occupé que créatif, Barnard n´a pas souvent eu l´opportunité d´assister aux épreuves MotoGP, mais il connaît l´ancien Champion du Monde et désormais directeur d´équipe Kenny Robert de longue date. ´Je ne suis plus allé à une course de MotoGP depuis 1988, c´était à Donington. A l´époque, j´étais avec Ferrari et Kenny est venu me voir pour me demander de faire un châssis en carbone. Je lui ai dit que c´était possible, mais que je n´avais pas le temps. Il m´a donc invité´.

Après avoir passé en revue les machines de dernière génération, Barnard admet s´être attardé sur la Honda RC211V, victorieuse dix fois en onze Grands Prix disputés cette année. ´J´ai bien observé la Honda vendredi soir, et beaucoup de gens m´ont demandé ce que j´en pensais. Ils ont fait du bon travail - elle est rapide et bien pensée. Je ne vois pas d´innovation majeure cependant. Le moteur est nouveau, un V5, et il est très bien fait, répond parfaitement aux attentes d´un pilote. En F1, tout se joue encore sur la puissance brute. Il faut aussi un moteur souple, mais on ne peut pas sacrifier la puissance, alors que c´est possible en moto. Il y a tous ces facteurs qui rentrent en ligne de compte et qui sont probablement aussi important que la puissance´.

Avec l´arrivée des 990cm3 4-temps, on pourrait imaginer que le transfert de technologies entre la F1 et le MotoGP pourrait être plus aisé. Cependant, Barnard insiste sur le fait que les besoins des deux disciplines sont très spécifiques. ´Je suis sûr qu´au niveau moteur, on pourrait retrouver certaines choses, mais d´après ce que j´ai compris, le bloc Honda est plus puissant que ce qu´il faudrait. Bien sûr, la vitesse de pointe en bénéficie toujours, mais je pense qu´un moteur doit surtout être souple et bien plein à tout régime. Par ailleurs, on a là un carter humide, alors qu´en F1, on a un carter sec. On s´applique à abaisser le centre de gravité et cela ne s´applique pas aux motos. Cela pourrait progresser au niveau du haut moteur, et je pense qu´il y a certaines technologies issues de la F1 qui pourraient être appliquée. Dès lors, les régimes moteurs font augmenter et on devrait voir arriver la distribution pneumatique... J´imagine que c´est déjà en route´.

Désormais à la tête de son propre bureau d´études, B3 Technologies, travailler en MotoGP avec Kenny Robert pourrait constituer un nouveau challenge pour Barnard. ´Je ne sais pas vraiment, je regarde un peu ce qu´il se passe. Il adore parler technique et c´est aussi mon domaine, on peut discuter pendant des heures ! Je pense qu´il vise beaucoup mieux pour la saison prochaine, mais je ne sais pas du tout si je vais travailler avec lui. Au niveau technique, ce serait intéressant, mais c´est toujours une question d´argent. S´il a le budget suffisant pour faire quelque chose, je serais intéressé. Kenny tente de franchir une nouvelle étape et il fait venir beaucoup de gens de la F1. Je pense qu´il veut le même genre d´organisation - un groupe bien structuré, mais il a déjà pas mal de gars qui sont habitués à travailler comme cela´.

Tags:
MotoGP, 2002, Grande Premio Marlboro de Portugal

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›