Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Bayliss laisse entrevoir son potentiel

Bayliss laisse entrevoir son potentiel

Bayliss laisse entrevoir son potentiel

La belle victoire, lourde en émotions, de Sete Gibernau, à Welkom, a naturellement fait les gros titres mais l'émergence de Troy Bayliss et de sa Ducati n'ont pas, non plus, manqué d'alimenter les conversations. La nouvelle machine italienne, pilotée par Loris Capirossi et Bayliss, a mené chacun des deux Grands Prix disputés.

A trente-quatre ans, l'ancien champion du monde de Superbike a pris un fantastique départ en Afrique du Sud, pour installer sa quatre-temps aux commandes de la course, devant Gibernau, Biaggi et Rossi. Projetant, à chaque virage, des étincelles sur ses adversaires, bien plus expérimentés que lui, ‘Baylisstic' n'a cédé aux assauts des Honda qu'à partir du onzième tour, offrant un belle résistance aux deux pilotes italiens. Ceux-ci passés, Troy s'est accroché pour rallier l'arrivée à une brillante quatrième place et continuer sa progression (après une cinquième position au Japon).

Après avoir gagné des courses de Superbike en Australie, Angleterre et dans le championnat du monde, ce n'est qu'une question de temps avant que Bayliss ne vienne enrichir son palmarès de victoires en MotoGP. Il confie ici ses sentiments sur la démonstration faite à Welkom :

`Je n'ai pas pris un trop mauvais départ, mais je n'ai manqué Nakano que de quelques millimètres !´, , expliquait-il. `Je me disais ‘Je ne devrais pas me retrouver déjà devant, peut-être pas avant quelques courses encore´. J'ai fait très attention, évitant le piège de l'huile. C'était génial d'être au coeur de l'action. J´ai eu une bonne bagarre avec Valentino. Ca faisait longtemps que je ne m'étais pas retrouvé aux avants-postes. La moto marchait vraiment bien et le seul problème venait des cale-pieds. Nous les avions relevés et ça n'était pas vraiment confortable, surtout pour mes genoux. J'ai relâché dans les dix derniers tours parce que je savais que je ne pourrais faire mieux que quatrième. L'équipe a fait du bon boulot ici. Nous avons encore des choses à apprendre mais nous attendons avec impatience le rendez-vous de Jerez ´.

Tags:
MotoGP, 2003, Arnette Africa's Grand Prix, Valentino Rossi

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›