Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Le duo local compte sur le soutien du public

Le duo local compte sur le soutien du public

Le duo local compte sur le soutien du public

Chris Burns et John Hopkins espèrent que le bruyant soutien local dont ils bénéficient au Grand Prix Cinzano d'Angleterre va les aider à réaliser leur meilleur résultat de la saison. Tandis que Burns peut enfin faire ses débuts en MotoGP, au guidon d'une 500cc ROC Yamaha, Hopkins se démène pour ramener aux avants-postes sa Suzuki GSV-R, en l'absence de son expérimenté chef de file Kenny Roberts. L'un comme l'autre vont avoir bien besoin d'aide, dans un des pelotons les plus compétitifs depuis des années.

L'Union Jack figure fièrement sur le casque et le logo d'Hopkins, aux côtés du Stars and Stripes, montrant ainsi l'attachement du pilote au pays de ses ancêtres. John, 19 ans, est le seul membre de sa famille à être né en Amérique. Sa mère et son père, un ancien pilote de TT, ont quitté Ealing, Londres, pour s'installer à Ramona, en Californie, avec ses deux soeurs, avant sa naissance, mais il a été élevé dans le respect de ses racines britanniques. Ce week-end, sa famille aura la rare opportunité de venir le voir courir.

« Ca va être sympa, il y a beaucoup de gens qui vont venir me voir demain », confiait Hopkins, huitième l'an passé après s'être élancé de la sixième position. « Donington m'avait relativement souri l'année dernière et je suis impatient de courir ici. J'aime le tracé et j'espère que le temps va rester au beau fixe. Il est difficile de définir nos chances, mais certains virages ressemblent à ceux de Jerez, là où s'est le mieux comportée notre machine cette année. J'espère que ça se passera bien. »

Quinzième à l'issue des premières qualifications, l'Anglo-Américain ajoutait : « Nous disposons de quelques nouvelles pièces et elles ont l'air de nous faire avancer dans la bonne direction. Les plus grosses améliorations viennent des modifications du moteur. Elles ne rendent pas la moto plus rapide, ni ne modifient la performance, mais permettent de la pousser à la limite. Dans l'après-midi, nous avons un peu joué avec les réglages mais nous sommes allés dans le mauvais sens. Ca a certainement bloqué notre progression, avec des changements qui n'étaient pas nécessaires, mais ça fait partie du travail pour avoir la meilleure machine possible dimanche. »

Burns a des racines bien plus profondes en Grande-Bretagne, pour être né et avoir grandi à Newcastle. Hier, il a disputé sa deuxième séance qualificative de la saison, son Harris WCM ayant été disqualifiée dès la première manche de la saison, à Suzuka. Il a fourni une performance impressionnante pour se qualifier à quatre secondes de Valentino Rossi, avec une YZR de 1993. « Ce n'est pas l'idéal mais, au moins, nous sommes en piste, après l'énorme travail fourni par l'équipe. Tout c'est bien passé pour ma première sortie sur une 500. Je n'avais jamais piloté une deux-temps avant les quelques tours bouclé à Rockingham mercredi, donc je suis assez satisfait d'être qualifié. La machine est assez légère, petite, facile à piloter et assez douce. Je suis surpris parce qu'elle parait bonne pour son âge. Elle a parfaitement marché et m'a paru solide. »

"Dès les essais libres de la matinée, je n'ai eu qu'une idée en tête : ne pas tomber parce que je ne dispose que d'une seule moto. Quand je suis parti large dans le cinquième tour, j'étais bien déterminé à ne pas la lacher et à la poser doucement dans les graviers. J'ai perdu 20 minutes dans cette séance, revenant au garage pour que les mécanos remontent le pot d'échappement. En fait, la seule chose qui me manque ce sont des chevaux supplémentaires au bout de la ligne droite. C'est impressionnant ce que l'on peut prendre aux quatre-temps dans les virages, mais dès que ça revient droit, elles prennent le large. C'était ma deuxième séance de la saison, la première remontant au mois d'avril, à Suzuka. Je suis vraiment impatient de disputer la course et les gars ont fait de gros efforts pour que la moto soit prête pour ce week-end. »

Tags:
MotoGP, 2003, Cinzano British Grand Prix

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›