Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Katja Poensgen revient sur une saison délicate mais en train de s'arranger

Katja Poensgen revient sur une saison délicate mais en train de s'arranger

Katja Poensgen revient sur une saison délicate mais en train de s'arranger

La pilote allemande Katja Poensgen n'a pas eu un retour des plus faciles à la compétition. 2003 s'est avérée être une difficile année de réadaptation à la 250cc, après une année de Superstock, en Allemagne. Les choses commencent maintenant à s'arranger pour la jeune femme, après quelques arrivées dans le top vingt et un regain de forme. Découvrez les confidences qu'à faites Katja à motograndprix.com.

« La saison a été, jusque-là, très difficile et je pense que c'est à cause d'une mauvaise année 2002, passée à essayer de piloter la Suzuki 1000cc. Je suis beaucoup tombée, me suis blessée et j'ai perdu confiance. Mon moral était tombé bien bas par rapport à 2001».

« Il m'a fallu du temps, au début, pour me ressaisir. J'ai touché le fond au Mugello quand, après la course, je me suis demandé ‘est-ce que c'est vraiment ce que je veux faire ?'. Mais, à Barcelone, j'ai recommencé à prendre du plaisir. Il y a eu quelques changements autour de moi, que ce soit dans l'équipe et dans ma vie privée, et ça m'a fait du bien. J'ai recommencé à sourire sous mon casque, quand j'étais sur la moto et, à ce moment-là, j'ai compris que j'étais toujours dans mon élément».

"C'a été difficile de quitter les GP en 2002 et de revenir aux championnats nationaux, en Allemagne, surtout vu la façon dont l'équipe a disparu. Personne ne m'avait dit que l'équipe avait coulé, je l'ai lu dans un magazine, en janvier, et il était alors trop tard pour trouver un autre guidon en championnat du monde. Ca m'a fait un choc. J'ai été déçue par l'univers de la course parce que j'avais un bon niveau en 250cc et que je progressais. En Allemagne, j'ai dû changer d'équipes et n'ai fait aucun essai. Après quelques chutes, c'est devenu désagréable».

Maintenant, j'attends avec impatience la suite de la saison. Je suis un peu triste d'avoir perdu la moitié de l'année avant d'en arriver là mais je veux montrer à tout le monde, et à moi même, que je suis capable de faire de bons résultats dans les courses qui restent. Mes dernières places ont été 17, 18, 19 donc, avec un peu de chance, je sais que je peux marquer des points. Je serais heureuse de rester dans cette équipe en 2004. Je ne veux pas avoir à changer, à nouveau, de moto. Je me sens bien sur la 250 et, avec quelques essais cet hiver, je serai prête pour le premier GP de la saison prochaine. Je pense que, peut-être, avec deux saisons supplémentaires en 250, pour progresser, je pourrai vraiment montrer ce dont je suis capable".

A propos de sa position d'unique femme engagée dans le championnat du monde, elle ajoutait : « Je ne me considère pas comme une héroine pour les femmes pilotes. Je reçois beaucoup d'email d'autres filles et c'est sympa de savoir qu'elles me soutiennent et ont les mêmes ambitions, à cause de ce que je fais. Le plus important pour moi, c'est que les femmes puissent voir que tout est possible, il n'y a pas une moto pour une femme et une pour un homme. Elles peuvent suivre leurs rêves et faire tout ce qu'elles veulent».

Tags:
250cc, 2003

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›