Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Les ‘travaux forcés' de Rossi, l'une de ses meilleures facéties...?

Les ‘travaux forcés' de Rossi, l'une de ses meilleures facéties...?

Les ‘travaux forcés' de Rossi, l'une de ses meilleures facéties...?

Le spectacle et l'action offerts par le championnat MotoGP font de plus en plus d'ombre aux surprenantes mises en scène imaginées par Valentino Rossi pour fêter ses succès.

L'Italien a dominé la discipline l'an dernier et son ‘amende pour excès de vitesse' au bout de la ligne droite du Mugello était venue apporter une bouffée d'air frais dans une lourde démonstration de force de Honda et de son pilote.

En 2003, par contre, ‘le Docteur' doit faire face à une plus rude concurrence. Sete Gibernau a remporté autant de courses que lui et plusieurs Grand Prix se sont décidés dans les tous derniers virages de l'ultime tour. La bagarre a été si intense et captivante à Brno que le costume de bagnard adopté par Rossi après sa victoire a été largement ignoré par la presse, bien plus préoccupée par sa description du spectacle que par la mise en scène qui a suivi.

Les talents de showman de Rossi sont maintenant légendaires et apportent aux championnats du monde une touche de légereté, derrière investissements, argent et politique.

Dans le passé, Valentino s'est fait remarquer en s'arrêtant dans le tour de décélération pour se précipiter aux toilettes, en revêtant un costume de Robin des Bois ou en prenant sur sa moto un membre de son fan-club déguisé en poulet. Cette fois, après avoir décroché sa quatrième victoire de la saison, il s'est rangé en bord de piste et, avec l'aide de quelques complices, il s'est attaché un boulet à la cheville et a commencé à taper sur un rocher avec une pioche. Il a, ensuite, coiffé un bonnet de bagnard pour la cérémonie du podium. Il nous explique ici la signification de toute cette scène :

« Les médias ont dit que j'étais en crise parce que j'avais été battu dans les quatre dernières courses. Etre en tête du championnat et terminer sur le podium ne suffit manifestement pas. Je dois donc travailler comme un forçat ! »

Mais le pire moment pour Rossi est venu après la course, lorsqu'une guêpe est venue le piquer. « J'aurais aimé que ça lui arrive pendant la course ! », plaisantait Gibernau. « Et, si c'est comme ça quand Valentino est en crise, je préfère ne pas imaginer ce qu'il fera quand il en sera sorti ! »

Ce qui est sûr, en tous cas, c'est qu'avec une compétition exacerbée et la capacité de Rossi à évacuer la pression par des scènes humoristiques, le MotoGP n'a jamais été aussi attractif. La question, maintenant, est...que se passera t'il la prochaine fois et pourra t'il faire plus extravagant que ‘l'emprisonnement' de Brno ?

Tags:
MotoGP, 2003, Valentino Rossi

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›