Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

La folle semaine de Neil Hodgson

La folle semaine de Neil Hodgson

La folle semaine de Neil Hodgson

Le champion du monde de Superbike, Neil Hodgson, a confié à motograndprix.com ses impressions, au terme d'une semaine qui l'a vu faire ses débuts au guidon de la Desmosedici, à Valencia, et être nominé pour la prestigieuse récompense de personnalité sportive de l'année, organisée par la BBC.

« C'était la première fois que je pilotais la Ducati et la météo n'était pas terrible. Nous avons eu quelques problèmes mécaniques liés à la jeunesse de l'équipe. La moto est différente. Comme tout pilote vous le dira, sur deux-roues, tout est dans le feeling que vous avez avec la moto. Je n'ai, bien sûr, pas la même impression que si j'étais monté dans une Formule Un ou autre, mais il m'a fallu un peu de temps pour m'y faire.

J'ai commencé tout doucement parce que je ne veux pas faire d'erreur. C'est comme si je ré-apprenais à piloter. Je cherche à comprendre la moto et ce dont elle est capable. Heureusement que ces premiers essais ont eu lieu à Valencia, parce que si j'avais dû, en plus, apprendre un nouveau circuit, tout aurait été vraiment difficile. J'ai l'impression d'avoir déjà fait deux millions de tours, ici, donc je sais ce qu'une moto est censée faire.

Le réglage de la machine est complètement différent. Avec une Superbike, on est assis ‘dans' la moto et elle bouge autour, ce qui donne plus de feeling. Avec cette machine, je suis perché au-dessus et je n'ai pas retrouvé mes sensations à la fin de la première journée. Pour cette première séance, je n'ai rien touché sur la moto, je me suis contenté de tourner en rond. C'est devenu plus facile quand nous avons commencé à jouer sur la suspension.

Evidemment, la Desmosedici a plus de puissance mais on ne peut pas sentir une grosse différence, particulièrement quand j'ai le pied sur le frein arrière pour qu'elle arrête de patiner ; je perds probablement 50 chevaux ! Je traite la machine avec beaucoup de respect et nous devenons progressivement amis.
Elle est différente en entrée de virage; en sortie, j'ai les mêmes sensations. En Superbike, je savais où se trouvait la limite et c'est ce que je cherche, maintenant.

La nouvelle équipe est géniale et tout le monde parle anglais, ce qui m'aide à m'intégrer. C'est difficile, le premier jour, de faire travailler ensemble un certain nombre de nouvelles personnes, mais tout se passe bien et il y a une bonne ambiance dans le garage.

C'est probablement l'une de mes meilleures séances d'essais parce qu'à chaque fois que je prends la piste, je repars de là où je m'étais arrêté. J'atteins un chrono, je rentre modifier quelque chose, je répète immédiatement ce temps et je l'améliore, c'est ce que je fais en permanence. J'ai commencé tranquillement, et bien loin des meilleurs, mais je suis content ; pour l'instant, je prends les étapes les unes après les autres. C'est le début d'un long chemin, pour essayer de comprendre ce qu'il faudra pour être compétitif. Les dernières semaines ont été frustrantes parce que je voulais y aller. Je suis actuellement à 3% et je dois arriver à 100%.

Remporter le titre Superbike était important pour moi mais je sais que je suis maintenant au niveau suivant, celui qui s'y impose est le meilleur.

Avoir été nominé pour le BBC award est une bonne chose parce que la moto est minoritaire, à côté du football, du rugby et du cricket. Je savais que je n'avais aucune chance de gagner mais c'est bien pour la moto que j'ai figuré dans la liste et que je sois allé à la soirée ».

Tags:
MotoGP, 2003

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›