Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Valentino Rossi excité à la veille de ses débuts sur Yamaha

Valentino Rossi excité à la veille de ses débuts sur Yamaha

Valentino Rossi excité à la veille de ses débuts sur Yamaha

Une longue et frustrante période d'attente s'est écoulée pour Valentino Rossi depuis qu'il a annoncé son départ de chez Honda, au soir du dernier GP de la saison 2003, puis sa signature pour deux ans avec Yamaha. Le refus de Honda de le laisser tester la Yamaha YZR-M1 avant le terme de son contrat l'a contraint à trois mois de repos forcé. Le calvaire touche à sa fin pour le champion du monde, qui pourra prendre la piste demain, avec sa nouvelle équipe, un moment qu'il attend avec impatience. Dans cette interview, il souligne ses attentes pour les essais et la saison à venir, analysant le potentiel de la M1 et jaugeant ses adversaires.

Q : A quoi à ressemblé cette attente de tes premiers tours de roues au guidon de la Yamaha M1 ?

Valentino Rossi : Cela fait longtemps que je n'ai pas piloté, plus de deux mois. Et tout est complètement nouveau, c'est comme si je repartais de zéro. Je vais avoir besoin d'une journée pour me ré-habituer à piloter, juste pour retrouver la sensation de vitesse et mes marques au freinage. Et la moto sera différente de ce à quoi je suis habitué.

Q : Une partie de ton ancienne équipe t'as suivi chez Yamaha, quel avantage cela t'apporte t'il ?

VR : C'est un gros, gros, avantage parce qu'il faut du temps pour comprendre quels changements apporter, trouver les réglages et comprendre la nouvelle machine. L'équipe me connait très bien, cela fait quatre ans que nous travaillons ensemble et nous avons maintenant la meilleure équipe du monde.

Q: A ton arrivée dans le championnat, il t'as fallu une année pour comprendre comment gagner, puis tu t'es imposé. Ton chef mécanicien Jerry Burgess a déjà dit que tu pouvais le gagner cette année. Quelle est ton opinion ?

VR: Ce n'est pas très clair pour moi parce que je n'ai pas encore piloté la moto. Remporter le championnat dès la première année sera difficile. Nous avons besoin de temps pour devenir compétitifs et remporter des courses. Nous chercherons à être aux avants-postes à la mi-saison, alors nous tenterons de gagner quelques Grand Prix.

Q: Qui sera le plus dangereux cette année ?

VR: En me basant sur les résultats de la saison dernière, je dirais Biaggi, Gibernau et Hayden. Capirossi devrait, également, être rapide avec la Ducati.

Q: T'es tu fixé des objectifs pour les essais de demain, ou pour la séance toute entière ?

VR: L'objectif de ces trois jours est de comprendre la moto et de rapporter un maximum d'informations aux ingénieurs à propos du moindre problème que nous pourrions avoir.

Q: Quelles sont tes impressions sur la Yamaha M1, pour avoir roulé en face d'elle pendant deux saisons ?

VR: En 2002, la Yamaha était plus ou moins au même niveau que la Honda, meilleure à certains endroits, moins bonne à d'autres. Mais au cours de l'hiver dernier, entre 2002 et 2003, Honda a fait un grand pas en avant et il semble que Yamaha n'ai pas réussi à suivre.

Q: Tu aimes Sepang en tant que circuit de course, mais l'aimes-tu autant en tant que piste d'essais ? Te donneras t'il une bonne vision d'ensemble de la Yamaha M1 ?

VR : C'est l'un des meilleurs circuits au monde parce qu'il présente tous les types de virages, de la petite épingle aux longues courbes rapides. Il est très large, avec un bon revêtement, et l'une des meilleures pistes d'essais.

Q: Qu'est-ce qui t'as fait signer avec Yamaha plus qu'avec un autre constructeur ?

VR : Premièrement, Yamaha est le deuxième meilleur constructeur en MotoGP. Ensuite, j'ai eu un bon feeling quand j'ai parlé avec eux.

Q: A quel niveau penses-tu être à Welkom, au mois d'avril ? VR: Cela dépend de la façon dont va se dérouler le programme d'essais et de la rapidité avec laquelle les changements peuvent être apportés. Après, on verra. Bien sûr, il n'y aura pas de victoire, mais nous espérons ne pas être trop loin.

Q: Si tu ne gagnes pas de course avec la Yamaha cette année, cela prouvera t'il que la technologie est devenue plus importante que le pilote ?

VR : Oui.

Q: Eddie Lawson est le dernier pilote à avoir réussi le passage d'une marque à une autre, dans la catégorie reine, qu'est ce qui t'as poussé à changer ?

VR : Il n'y avait plus rien à prouver. C'est juste que je n'étais plus motivé par le pilotage de la Honda, nous avons remporté trois championnats du monde d'affilée, nous avons gagné sur mes circuits préférés, ceux que je n'aime pas, et dans tous les conditions. Que restait-il ?

Q: Que pensent tes fans italiens de ton passage chez Yamaha ?

VR : Ils sont confiants.

Q: Préfères tu être l'outsider, et surprendre tout le monde en t'imposant ?

VR: Peu m'importe d'être le favori. Je l'ai été dans le passé, mais le problème venait si je perdais un Grand Prix. Si je terminais deuxième, c'était parce que j'avais mal piloté ou commis de grosses erreurs, mais ce n'était pas toujours la raison. Si tu arrive deuxième ou troisième en MotoGP, à ce niveau, c'est possible, c'est normal.

Q: Les 500cc deux-temps te manquent elles encore ?

VR : Toujours, oui.

Q: Pourquoi ?

VR: Piloter une 500 était bien plus amusant, mais ces motos sont maintenant très bonnes, avec beaucoup de puissance.

Q: Comment te sens-tu avant tes débuts ?

VR : Je suis très excité, vraiment. J'attends ceci depuis deux mois. Demain n'est pas un travail, je suis vraiment excité.

Tags:
MotoGP, 2003, Valentino Rossi

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›