Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Des "locaux" affamés de victoire

Des 'locaux' affamés de victoire

Des "locaux" affamés de victoire

Sete Gibernau, Carlos Checa et Ruben Xaus courront ce week-end devant leur public à Jerez, avec l'idée de mettre un terme à une trop longue période sans victoire espagnole dans le cadre d'un des rendez-vous majeur du calendrier sportif ibérique. Les 125000 "aficionados" qui seront réunis sur le circuit andalou attendent une victoire de l'une de leurs stars depuis 1999, année de la troisième victoire consécutive d'Alex Criville à Jerez.

Depuis le podium de Criville en 2001, le seul espagnol ayant terminé dans le top 10 à Jerez est Gibernau, qui n'avait fini que neuvième en 2002.

Le catalan avait décroché une troisième place en 1999, au guidon de la Honda V-twin, mais n'a plus brillé à Jerez depuis ce podium. En 2000, il abandonna suite à une chute et les deux saisons suivantes, il avait dû se contenter d'une place parmi les dix premiers. L'an dernier, une nouvelle chute mit fin à sa course. "Evidemment, pour un pilote espagnol, décrocher un bon résultat au Grand Prix d'Espagne est très important" reconnaît Gibernau.

"Jerez est très spécial, c'est l'un des meilleurs circuits au monde, et pas seulement pour le tracé en lui-même. Le public est unique. C'est mon Grand Prix national et j'aimerais leur faire plaisir, pas seulement aux fans espagnols, mais aussi à tous les spectateurs qui font le déplacement à Jerez."

En huit courses disputées à Jerez dans la catégorie reine, Checa n'est monté qu'une seule fois sur le podium, en 2000. Contraint à l'abandon en 2002 et 2003, c'est pourtant à Jerez qu'il a signé une de ses deux poles : c'était en 1998, en 500cc.

"Courir en Espagne est un peu différent. Il y a des amis et des supporters un peu partout" explique Checa. "C'est un circuit que je connais bien et les supporters me soutiennent beaucoup, je veux donc les remercier en leur offrant une belle course. Je suis à l'aise sur ce tracé, je connais bien les différents virages et les points de freinage."

Débutant cette année en MotoGP, Ruben Xaus a un peu moins de pression sur les épaules, mais il avoue se sentir un peu plus nerveux qu'à son habitude. "Je connais le circuit, mais la dernière fois que j'y ai couru, c'était en 1995, en Championnat d'Espagne. Là, je suis un peu nerveux à l'idée de courir dans "ce" fameux GP de Jerez, dont tout le monde parle et que je n'ai vu qu'à la télé… et les gens ont beau en parler, je pense qu'il faut le vivre pour comprendre ce que ça représente."

"J'espère être bien accueilli par le public, car de mon côté, je peux leur assurer que je vais me livrer à 100%. Pendant les essais IRTA, j'ai pu constater les progrès effectués au niveau des installations du circuit ; hélas, la météo ne nous a pas gâtés et nous n'avons pas pu en profiter. A Welkom, je n'ai pas eu de chance, mais mon objectif pour Jerez sera le même : gagner de l'expérience et finir la course."

Tags:
MotoGP, 2004, GRAN PREMIO MARLBORO DE ESPAÑA

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›