Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Barros veut briller à domicile

Barros veut briller à domicile

Barros veut briller à domicile

Alex Barros estime avoir une chance de s'imposer ce week-end dans le cadre de son Grand Prix national, sur la moto qui avait permis à Valentino Rossi de s'imposer l'an dernier. En 2000, Barros avait terminé deuxième derrière Rossi à Rio, au guidon de la Honda NSR500. Pilotant désormais la RC211V, il estime avoir le matériel qui lui permettra de faire mieux.

"Je pense que c'est la meilleure moto qu'il m'ait été donné de piloter" assure Barros, victime d'une chute samedi dernier à Assen, alors qu'il occupait la deuxième place. "Dès ma première course sur la RCV, à Motegi en 2002, j'étais stupéfait : je ne trouvais aucun défaut à cette moto et la mettre au point était très facile."

"Cette année, j'ai de bonnes chances de gagner ; je n'avais jamais été dans une position aussi favorable depuis 2000, quand on courait encore sur les 500cc. J'aurais pu me battre pour la victoire au Mugello, mais j'ai eu un problème ; à Assen aussi, mais j'ai chuté. A Rio, je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour gagner."

Natif de Sao Paulo, Barros reste le mieux placé pour livrer une prévision météo à la veille de la course brésilienne, qui a été avancée par rapport aux dernières saisons.

"Cette année, la course sera très différente en raison du changement de date. Maintenant, c'est l'hiver au Brésil. Il ne fera pas froid, mais plus frais que d'habitude. Ce n'est pas la saison des pluies, donc il ne devrait pas pleuvoir, mais mêmes les courses disputées en septembre ces dernières années se sont déroulées sous la pluie."

"Il y a un bon niveau d'adhérence, même s'il pleut. Il y a deux ans, il avait beaucoup plu, et pourtant, les temps au tour étaient très rapides."

Quelle que soit la météo, Barros sait que le choix des pneumatiques – avant comme arrière, sera crucial. Le pilote Repsol Honda explique qu'il fait totalement confiance à Michelin pour proposer une gamme de pneus adéquats.

"Les deux pneus sont tout aussi importants à Rio, car on pilote vraiment avec l'avant sur ce circuit. Il y a beaucoup de virages rapides qui sollicitent beaucoup la roue avant. En plus, le revêtement est irrégulier et il faut pouvoir contrôler les glissades de l'avant. Il y a aussi beaucoup de glissades de l'arrière, dans les longues courbes, comme à Barcelone."

"Je suis à l'aise avec le pneu avant de 16.5 pouces. On peut taper plus fort dans les freins et il offre plus de grip sur l'angle, on passe donc plus vite en virage. Le nouveau pneu arrière est aussi meilleur sur l'angle, mais j'estime que son principal avantage est l'amélioration de la motricité qu'il permet à la réaccélération."

"Nous avons connu des problèmes de vibrations, mais nous les avons pu les résoudre en travaillant sur la suspension. Au début de l'année, nous avons aussi eu des soucis de sous-virage, mais là encore, la mise au point de la suspension a permis d'y remédier."

Barros se sait sous pression, ces progrès devant être concrétisés par des résultats probants, mais il pense que le fait de courir devant son public lui permettra de répondre aux attentes de tous. "La pression ne me dérange pas, elle m'aide au contraire. Les supporters sont vraiment passionnés, je sais que je serai bien encouragé."

"Les dernières courses furent décevantes, mais l'équipe a bien travaillé sur la moto et cela me réconforte. Ils travaillent dur pour que je puisse me battre devant ; maintenant, il ne me reste plus qu'à décrocher un bon résultat."

Tags:
MotoGP, 2004, Alex Barros

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›