Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Bibendum garde un oeil sur la concurrence

Bibendum garde un oeil sur la concurrence

Bibendum garde un oeil sur la concurrence

Ce week-end à Rio, Michelin sait qu'il faudra se méfier des pilotes Bridgestone. L'an dernier, le japonais Makoto Tamada avait décroché son premier podium en MotoGP sur le circuit Nelson Piquet. Les pneus Bridgestone s'étaient révélés particulièrement efficaces au Brésil, et Nicolas Goubert, reponsable de la compétition moto chez Michelin estime qu'il faudra acquérir un maximum d'informations durant les essais afin d'être prêt pour la course de dimanche.

"Comme à Welkom, nous ne faisons pas d'essais ici," explique Goubert. "Dans ces conditions, il est difficile de s'améliorer parce qu'on a peu d'informations sur la piste. Nous savons qu'il faut nous améliorer ici car la dernière fois, la concurrence était très proche de nous. Nous avons vraiment hâte d'être à Rio."

"Rio offre un bon niveau d'adhérence, surtout depuis le nouveau revêtement posé il y a quelques années. Mais la piste est parfois sale car elle sert peu. Cela complique les choses, surtout pour la première journée d'essais. Et s'il pleut pendant le week-end, la piste va à nouveau se salir. Mais sur le mouillé, le grip est vraiment très bon et il ne devrait donc pas y avoir de problème."

"C'est la première fois que nos pilotes utiliseront le 16,5 pouces avant ici. A Barcelone, où l'endurance des pneus pose toujours problème, nous avons été très satisfaits de la façon dont nos pneus se sont comportés. Après avoir gagné la course, Valentino nous a dit que l'avant était parfait. L'empreinte du 16,5 est plus importante que celle du précédent pneu, le 17 pouces. Voilà qui devrait se révéler particulièrement utile à Rio. Nous pensons aussi que notre pneu arrière 2004 sera meilleur que le S4 de 2003. Il donne plus de grip sur l'angle ce qui devrait être utile sur un circuit qui comporte autant de longs virages."

"La question de la logistique est importante lorsqu'on enchaîne les courses, surtout quand on passe de l'Europe à l'Amérique du Sud en une semaine. D'autant plus quand la météo est aussi imprévisible. Nous devons être certains de disposer d'un large choix de pneus – slicks, intermédiaires et pluie."

Tags:
MotoGP, 2004

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›