Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Burgess change de régime

Burgess change de régime

Burgess change de régime

Quand il ne travaille pas en tant qu'ingénieur en chef de Valentino Rossi, Jeremy Burgess se consacre à une discipline autre que le MotoGP : le football australien. De retour dans son Australie natale à l'occasion de la trêve estivale, Burgess en a profité pour suivre les performances des Adélaïde Crows, son équipe préférée en Championnat Australien.

Dimanche dernier, Burgess a été convié au déjeuner précédant le match qui opposait son équipe à celle de Melbourne, Richmond, événement qu'il a pu suivre depuis le banc de touche.

Connu pour changer tout ce qu'il touche en or, sa présence a peut-être joué un rôle dans le résultat d'Adélaïde, équipe habituée au haut du tableau mais qui a connu une saison décevante. Deux jours avant le match, Burgess s'était rendu au siège du club, pour parler de motos et de course avec l'une des stars d'Adélaïde, Rhett Biglands.

Burgess a remporté neuf titres pilotes dans la catégorie reine, avec les australiens Wayne Gardner (1987) et Mick Doohan (1995-1998), et avec Rossi lors des trois dernières saisons.

Malgré ce succès phénoménal et l'estime dont il jouit dans le paddock MotoGP, Burgess n'est pas particulièrement connu dans son propre pays, mais Biglands s'est dit impressionné par le parcours de Burgess.

« Voir et écouter ce que Jeremy a fait pendant sa carrière est époustouflant » estime Biglands. « Penser au fait qu'il ait participé aux succès de pilotes tels que Rossi, Doohan et Gardner, que ce soit un gars d'Adélaïde avec un tel parcours, c'est incroyable. Mais il n'est pas reconnu pour cela, même ici, dans sa propre ville. »

Burgess a sûrement gagné en notoriété lors de son passage au stade d'Adélaïde, une horde de caméras ayant suivi de près sa conversation avec Biglands, à côté d'une Yamaha R1 garée sur la pelouse du stade.

Le discret ingénieur en chef australien a étonné les membres du club et les représentants des médias quand il a expliqué qu'il avait participé à l'installation du système d'arrosage du stade à la fin des années 70, en tant qu'ouvrier, avant de partir pour l'Europe et d'accéder au summum de la compétition moto. Plus jeune, il a aussi joué au football australien à Adélaïde, une ville qui lui reste chère.

« J'ai toujours pris beaucoup de plaisir à suivre les Adélaïde Crows. Nous avons remporté des titres consécutifs à la fin des années 90, et même si cette saison ne fut pas aussi fructueuse, nous avons de bons joueurs et tous les éléments nécessaires pour renouer avec le succès. »

« Je vais voir les matchs dès que j'en ai la possibilité, et quand je suis sur les Grands Prix, je garde toujours un œil sur les scores et sur les infos. »

Pour Burgess, la priorité reste la conquête du titre MotoGP avec Rossi, alors que l'australien et l'italien disputent leur première saison sous les couleurs de Yamaha après avoir quitté Honda. Il ne reste que sept courses à disputer, dont le Grand Prix Gauloises de République Tchèque qui aura lieu ce week-end à Brno.

« Le titre est un sacré morceau, car les sept prochaines courses auront lieu sur des circuits qui ne nous favoriseront pas spécialement. Mais avec Rossi, rien n'est impossible, j'espère qu'on lui fournira la moto pour qu'il y parvienne. »

Burgess pourrait ainsi décrocher un dixième titre : un record que les Adélaïde Crows espèrent pouvoir récompenser avec la présentation d'un maillot du club floqué du numéro 10.

Tags:
MotoGP, 2004

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›