Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Un tour du circuit de Brno

Un tour du circuit de Brno

Un tour du circuit de Brno

Comptant parmi les célèbres étapes du Championnat du Monde qui ont vu leur statut évoluer de parcours routier à celui de tracé permanent, Brno accueille le MotoGP depuis 1987 – avec une seule année sans Grand Prix, 1992.

La compétition est familière à Brno : dès 1904, la ville était l'une des étapes de la course disputée entre Vienne et Wroclaw. En 1930, le parcours routier de 29,1 km fut mis en service, puis fut raccourci à 17,8 km dix neuf ans plus tard, après la Seconde Guerre Mondiale.

En 1950, la compétition moto débarqua à Brno ; après que le parcours eut été ramené à un développement de 13,9 km, le premier Grand Prix de Tchécoslovaquie prit place en 1965 et fut remporté par Mike Hailwood, au guidon de la MV Agusta.

Même raccourci à 10,9 km, le circuit routier devint finalement trop dangereux et il accueillit un ultime Grand Prix en 1982. Les plans d'un circuit permanent, situé dans les collines boisées dominant la ville étaient déjà à l'étude.

Le nouveau circuit fut inauguré en 1987 : l'australien Wayne Gardner remporta la première course disputée sur le circuit de 5,4 km, au guidon de sa Honda. L'événement rencontra immédiatement un immense succès, les spectateurs affluant de tous les pays de l'Europe de l'Est afin d'assister à une compétition d'envergure internationale.

Avec l'effondrement du bloc communiste, l'épreuve fut rebaptisée "Grand Prix de République Tchèque" en 1993, et a lieu chaque année depuis, sur le rapide tracé de Brno.

Le nombre élevé de virages et de esses pourrait faire croire que Brno est un circuit lent. La vitesse moyenne au tour y est pourtant la sixième plus élevée du calendrier : 163,7 km/h. Si le tracé peut sembler particulièrement sinueux, cet aspect est compensé par la largeur de la piste.

15 mètres séparant chaque bord de la piste, les pilotes peuvent adopter des trajectoires qui font paraître les virages plus ouverts qu'ils ne le sont. En outre, il y a pratiquement autant de virages à gauche et à droite ; des pneus à construction symétrique sont donc utilisés, et offrent un comportement égal tout au long du tour.

Côté mise au point, les suspensions et le châssis, sur ce circuit comportant huit esses, jouent un rôle crucial : les réglages doivent favoriser l'agilité de la moto. Pour ce faire, le centre de gravité de la machine doit être abaissé au maximum et la direction offrir peu de débattement. Comme il n'y a pas de virage excessivement rapide, la stabilité du train avant n'est pas aussi importante que sur d'autres circuits.

Les réglages moteur revêtent aussi une importance particulière : le moteur doit être très souple. Les virages sont très longs et l'accélérateur doit être ouvert très tôt alors que la moto est encore sur l'angle. La souplesse du moteur est donc cruciale pour assurer une prompte réaccélération et une vitesse élevée dans la ligne droite suivant un virage.

La puissance ne doit pas être négligée pour autant : les fortes dénivelées (il y a pratiquement un kilomètre de montée à 7,5%) sollicitent les moteurs afin de pouvoir être avalées à toute allure.

Tags:
MotoGP, 2004, GAULOISES GRAND PRIX ČESKÉ REPUBLIKY

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›