Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

West poursuit sa croisade

West poursuit sa croisade

West poursuit sa croisade

Anthony West s'est encore une fois affirmé comme un prétendant à un guidon officiel après la course 250 disputée dimanche dernier à Brno, et avec les performances enregistrées cette année par l'australien, on ne peut concevoir que difficilement comment les équipes officielles pourraient ignorer ses aspirations. Quatrième en République Tchèque, West a consolidé sa position de meilleur pilote ‘privé', et figure en bonne position pour décrocher un guidon de choix pour la saison 2005.

"Je suis satisfait d'être régulier tout au long de la saison et de conserver cette position de meilleur ‘privé'. Je veux une moto ‘usine' l'an prochain et je dois tout faire pour qu'ils n'aient pas d'autre choix que de m'en donner une," martèle l'australien.

"Si je continue à battre des pilotes officiels, ils vont finir par céder tôt ou tard. Je sais que c'est un peu difficile, mais je dois continuer à pousser dans ce sens."

Comme à son habitude, West fut l'auteur d'une course pleine de pugnacité, marquée par une prompte remontée du peloton et un dépassement autoritaire sur Toni Elias en fin de course.

"J'étais neuvième en début de course, mais les autres ont commencé à prendre le large. Je n'étais pas trop à l'aise à ce moment là. Une fois lancé, j'ai pu rattraper Nieto et Rolfo."

"Quand il s'est mis à pleuvoir, je me suis dit ‘Parfait !'. Tout le monde a ralenti et j'ai pu revenir d'un coup. Quand la piste a séché, j'ai essayé de rester au niveau de Toni Elias. Je tournais au même rythme que lui et nous avons creusé l'écart sur nos poursuivants. Puis dans les derniers tours, j'ai pu le dépasser."

West a donné son opinion sur la décision – controversée – de la direction de course, qui n'a pas jugé bon d'interrompre la course malgré des averses très localisées. "A un moment, j'ai pensé qu'ils arrêteraient la course car il s'est mis à pleuvoir assez fort, mais ce fut très bref."

"La moitié du circuit était mouillée, l'autre sèche. Ce n'est pas comme si tout le monde chutait – il fallait juste rester prudent, attendre que cela passe. Ce n'était pas vraiment dangereux."

"On pouvait rouler dans ces conditions, mais s'il avait plu un peu plus, il aurait vraiment fallu arrêter la course, mais là, il n'y avait aucune raison de le faire."

"Je pense que les pilotes qui ont levé la main ne voulaient tout simplement pas rouler sur le mouillé. Dans mon cas, peu m'importait, ça m'allait bien."

Tags:
250cc, 2004, GAULOISES GRAND PRIX ČESKÉ REPUBLIKY, Anthony West

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›