Achat de billets
Achat VidéoPass

Hopkins : « Comme percuté par un train ! »

Hopkins : « Comme percuté par un train ! »

Hopkins : « Comme percuté par un train ! »

Qualifié en deuxième position pour le GP Camel du Japon, John Hopkins a vu ses espoirs balayés dès le premier virage par Loris Capirossi : l'accrochage entre les deux pilotes provoqua un carambolage ‘monstre' qui condamna quatre autres pilotes – à la manière de l'incident que l'américain avait lui même provoqué l'an dernier au même endroit.

« Aucun mot ne pourrait exprimer ma déception, » soupire le pilote Suzuki, qui s'est cassé deux côtes dans l'accident. « On peut parler de retour de bâton. L'an dernier, j'avais sorti plusieurs pilotes dans ce virage, cette fois, je suis la victime. »

« C'est vraiment dommage, j'espère que je ne serai pas gêné au Qatar. Je me suis cassé deux côtes, mais je croise les doigts pour pouvoir courir. Dans le premier virage, j'étais deuxième derrière Rossi et d'un coup, j'ai eu l'impression de me faire percuter par un train ! »

Son coéquipier, Kenny Roberts, figurait parmi les victimes du carambolage. L'ex-Champion du Monde ne pourra pas courir au Qatar, coude droit déboîté. Le team manager de Suzuki, Garry Taylor – lui-même victime d'un accident au Japon, dresse le bilan de ce week-end catastrophe.

« Quel week-end ! Les qualifications s'étaient très bien passées et nos pilotes avaient fait un bon départ… et puis ils ont tous les deux chuté et souffrent maintenant de blessures très douloureuses, même si cela pourrait être pire, » commente le britannique. « C'est un coup dur, surtout pour John, qui avait eut un accident similaire l'an dernier. »

« Pour Kenny, heureusement que le Docteur Costa et son équipe étaient là pour lui remettre son coude en place toute de suite. Il ne courra certainement pas au Qatar. Pour John, nous devons attendre un peu de voir comment il se remet. Si l'on décide de remplacer Kenny, on fera appel à Gregorio Lavilla, pilote essayeur de l'équipe, ou à Kosuke Akioshi, testeur usine. »

« Avant ces blessures, je m'était déjà fracturé le pied, en glissant sous la douche hier soir… Franchement, quel week-end ! »

Tags:
MotoGP, 2004, CAMEL GRAND PRIX OF JAPAN, John Hopkins

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›