Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Olivier Jacque : « Tout s'enchaîne à un rythme de folie ! »

Olivier Jacque : « Tout s'enchaîne à un rythme de folie ! »

Olivier Jacque : « Tout s'enchaîne à un rythme de folie ! »

À la veille du Grand Prix Alice de France qui se déroulera ce week-end sur le circuit du Mans, Olivier Jacque évoque la manière dont il aborde son Grand Prix national.

Q. Qu'as-tu fait depuis ta magnifique deuxième place lors du Grand Prix de Chine à Shanghai ?

R. Tout s'est enchaîné de manière ininterrompue. Un rythme de folie ! Ça m'a fait plaisir de voir les réactions positives que ma performance a éveillées ! Dès dimanche, j'ai répondu à de nombreuses sollicitations des médias : interviews pour les télévisions, les radios et la presse écrite. À peine rentré à Londres, ça recommençait ! Mon téléphone n'arrêtait pas de sonner, je n'avais même plus le temps de répondre à tous les messages. J'ai dû le couper ce week-end car ma priorité maintenant est le Grand Prix de France et je veux consacrer du temps à ma préparation physique.

Q. Dans quel état d'esprit abordes-tu ce Grand Prix de France ?

R. C'est clair, la moto me manquait terriblement et cette deuxième place à Shanghai m'a mis en appétit. J'ai vraiment hâte de participer à l'événement majeur dans la vie d'un pilote : son Grand Prix national. Hâte de revoir les membres du team Kawasaki, hâte de rouler à nouveau sur la Ninja ZX-RR, hâte de retrouver mes fans. C'est pourquoi j'essaie de mettre tous les atouts de mon côté pour arriver au Mans dans de bonnes dispositions physiques et mentales. Je me suis fait tellement plaisir en Chine alors que ce n'était pas gagné d'avance. Pour mon retour en MotoGP, je ne connaissais ni la moto, ni les pneumatiques, ni le circuit et ce magnifique résultat m'a vraiment donné confiance en moi, j'ai senti que mon potentiel de pilotage était resté intact.

Q. Quel est ton objectif pour la course au Mans ?

R. Il ne faut pas perdre de vue que ma prestation à Shanghai, sous la pluie, a été considérée comme un exploit et on ne renouvelle pas forcément les exploits à chaque course. Bien que ça me plairait de monter à nouveau sur le podium, surtout au Mans ! J'ai bénéficié en Chine de conditions de course dantesques où le pilotage et le mental sont prépondérants. Les membres du team ont réalisé un travail extraordinaire, les réglages de la moto étaient parfaits, je faisais vraiment corps avec elle et les Bridgestone ont révélé un grip très satisfaisant. L'ensemble m'a mis en confiance et j'ai pu donner le meilleur de moi-même, jusqu'à enchaîner les records du tour et remonter sur Valentino Rossi.

Q. As-tu peur de décevoir au Grand Prix de France ?

R. Je suis très motivé et je ferai le maximum pour réaliser la meilleure performance possible. Évidemment beaucoup de non-initiés pensent que je serai à nouveau sur le podium. Il faut être lucide. A l'issue des essais libres de Shanghai, sur le sec, j'étais 15ème sur la grille à une seconde seulement de Shinya Nakano et c'était déjà fantastique d'être à cette place ! Le Mans n'est pas un circuit de pilotage et la puissance des machines est essentielle. La Kawasaki reste une moto nouvelle en MotoGP et elle ne possède pas encore le potentiel qui lui permet d'être devant à tous les coups. Par contre, c'est une moto sur laquelle je me sens bien, donc, on peut viser un coup d'éclat si les pneumatiques suivent. La météo sera fondamentale. Si la piste est sèche, on peut espérer terminer aux alentours de la dixième-douzième place et ça, les connaisseurs le savent bien. Par contre s'il pleut... on peut se remettre à rêver !

Q. En dehors de la compétition pure, quel est ton programme au Mans ?

R. C'est du délire ! Mon planning est géré au quart d'heure près, du jeudi matin au dimanche soir ! Interviews pour les télévisions, pour les radios, conférences de presse, mais également rencontres avec les partenaires et les VIP du Team Kawasaki. Et puis, avec Claude Michy, l'organisateur, nous avons souhaité de nombreuses rencontres avec le public. Je serai donc au Mans, place de la République, jeudi à partir de 18h40. J'irai sur le podium répondre aux questions des spectateurs samedi en fin d'après-midi dans le village, et je serai sur la ligne droite des stands pour les débuts du show mécanique samedi soir. Sans oublier une séance de dédicace à la concession Kawasaki du Mans jeudi matin. Un de mes soucis sera de satisfaire tout le monde et croyez-moi, sur le Grand Prix de France, ce n'est pas toujours facile !

Tags:
MotoGP, 2005, GRAND PRIX ALICE DE FRANCE, Shinya Nakano, Kawasaki Racing Team

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›