Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Rolfo poursuit son apprentissage avec D'Antin Pramac

Rolfo poursuit son apprentissage avec D'Antin Pramac

Rolfo poursuit son apprentissage avec D'Antin Pramac

Roberto Rolfo effectue cette année ses débuts en Championnat du Monde MotoGP avec le team D'Antin Pramac, au guidon d'une Ducati Demosedici chaussée de pneus Dunlop. La semaine prochaine, il disputera au Mugello son premier Grand Prix ‘à domicile' dans la catégorie reine.

« Le Mugello n'est pas forcément la course la plus importante de la saison, mais c'est quelque chose de spécial, » confie Rolfo. « J'ai hâte de courir chez moi, devant mon public, surtout avec une moto italienne comme la Ducati. »

« Le binôme Ducati-Dunlop fonctionne. Je m'entends bien avec l'équipe, le feeling est bon et nous progressons à chaque course, » poursuit le jeune pilote italien.

« Nos performances en conditions de course s'améliorent au fil des Grands Prix. Ce début de saison est positif. Jusqu'ici, j'ai fait ma meilleure course à Estoril ; j'ai alors pu me battre contre Toni Elias, qui fut mon rival en 250, et contre Kenny Roberts. Au Mans, je me sentais bien, mais j'ai chuté au premier tour à cause de l'accident de Checa. »

Après avoir finalement décroché le point de la quinzième place lors de cette course mouvementée, Rolfo est resté en France, participant comme la plupart de ses concurrents à une journée d'essais sur le circuit sarthois.

« Au Mans nous pensions en apprendre un peu plus grâce aux informations acquises lors de la course. Après le Grand Prix, nous avons eu une journée d'essais pour travailler sur les pneus, et j'ai amélioré d'une seconde et demie par rapport à mes chronos du week-end. Nous devons maintenant gagner en régularité et conserver un rendement satisfaisant au delà des dix premiers tours. »

2005 est évidemment une saison d'apprentissage pour Rolfo, et même s'il ne se bat pas aux avant-postes comme il pouvait le faire en 250, il n'en regrette pas moins sa ‘promotion'.

« Ce qui me surprend le plus en MotoGP, c'est la puissance brute des machines, c'est incroyable. La Ducati est très agressive et très délicate à piloter. L'an dernier, j'étais sur une 250 qui n'avait absolument rien à voir avec une MotoGP et passer de l'une à l'autre fut fantastique. Il y a beaucoup plus de paramètres à contrôler. Les courses sont plus longues et il faut porter plus d'attention à l'usure des pneus tout en conservant un rythme soutenu. »

Tags:
MotoGP, 2005, GRAN PREMIO ALICE D'ITALIA

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›