Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

De l'importance des pneus de qualifications…

De l'importance des pneus de qualifications…

De l'importance des pneus de qualifications…

Le nouveau format adopté cette année pour les qualifications, avec une séance unique disputée le samedi après-midi, accentue l'importance des gommes spécialement conçues pour permettre aux pilotes d'aller chercher la meilleure position possible sur la grille de départ.

Nicolas Goubert, responsable de la compétition moto chez Michelin, explique la différence entre les pneus de qualifications, et les pneus de course traditionnels.
« Nous avons deux types de pneus : ceux qui tiennent pour 20-25 tours, soit la distance d'une course, et le pneu de qualifications, qui ne sert que sur un tour, mais pour un tour très rapide. Entre les deux, la différence est d'environ d'une seconde. »

« A l'œil nu, ils paraissent identiques, le profil est similaire, le poids est le même et la couleur ne varie pas, mais nous utilisons des types de gomme très différents. Pour le pneu de qualifications, nous employons une gomme très tendre et qui monte en température très rapidement, le niveau d'adhérence est très élevé, dès le premier virage à la sortie de la pitlane. C'est la gomme qui fait la différence. Il n'y a pas de pneu avant de qualifications, les pilotes conservent le même pneu avant et ne changent que l'arrière en fin de séance. »

Sete Gibernau, chef de file du team Movistar Honda, a signé deux poles et n'a manqué la première ligne que deux fois depuis le début de la saison. L'espagnol évoque les vertus du pneu de qualifications et la façon dont il doit gérer sa courte durée de vie.

« La principale qualité du pneu de qualifications, c'est qu'il assure assez de grip pour masquer les défauts de la moto, » révèle Gibernau. « Avec un pneu de qualifications, on sait que l'on sera toujours rapide. On ne change pas sa trajectoire lors d'un run de qualifications, ce serait une erreur – la vitesse de passage en virage est plus élevée et l'on peut parfois passer un rapport en plus grâce à ce surcroît d'adhérence, on accélère plus fort et plus tôt. Mais quand on boucle un tour de qualifications, on pense toujours que l'on aurait pu faire mieux ! »

Tags:
MotoGP, 2005

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›