Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Le MotoGP retrouve le Qatar

Le MotoGP retrouve le Qatar

Le MotoGP retrouve le Qatar

En l'espace de trois jours, le paddock a migré de près de 6000km pour reprendre forme aujourd'hui au Qatar, retrouvant des conditions aussi éprouvantes qu'en Malaisie, avec une chaleur toujours au rendez-vous, tandis que la poussière de Losail remplace l'humidité de Sepang.

Alors que l'on attend encore l'arrivée de Valentino Rossi, l'italien ayant fait un crochet par l'Italie pour fêter le titre décroché dimanche dernier, l'attention des médias s'est portée sur les protagonistes de la bagarre pour la deuxième place du Championnat, qu'occupe actuellement Max Biaggi mais que dix pilotes peuvent encore espérer décrocher d'ici la fin de la saison.

Parmi ces pilotes, Colin Edwards, le coéquipier de Rossi chez Gauloises Yamaha, veut se relancer à Losail, un circuit où il avait terminé deuxième l'an dernier. « La bagarre pour la deuxième place, c'est un Championnat dans le Championnat, » observe le texan. « Vu qu'il ne reste que quatre courses, ce n'est pas le moment de faire des erreurs, il va falloir attaquer fort. Ce circuit m'avait réussi l'an dernier et je suis confiant pour ce week-end. Au début de la saison, j'avais dit que je voulais gagner des courses et comme j'aime les quatre circuits où nous devons courir, c'est le bon moment pour essayer de monter sur la plus haute marche du podium. »

Si Edwards rêve d'offrir le doublé au team Gauloises Yamaha en terminant vice-Champion derrière Rossi, un autre pilote semble avoir de bonnes chances d'y parvenir comme l'ont démontré ses récentes performances : il s'agit de Loris Capirossi, l'homme à battre du moment. Le pilote Ducati Marlboro a décroché trois podiums consécutifs dont deux victoires, au Motegi et à Sepang, et il espère continuer sur sa lancée.
« Cette année, je dispute ma seizième saison en Championnat du Monde, mais j'ai toujours aussi faim de victoires et je pense avoir démontré que j'avais toujours le potentiel, » commente Capirossi. « Ce week-end, la plus grosse difficulté, ce sera le sable… si le vent ramène du sable sur la piste, ce sera très dur. »

Tags:
MotoGP, 2005, MARLBORO GRAND PRIX OF QATAR

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›