Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Les pilotes Camel Honda reviennent sur un GP éprouvant

Les pilotes Camel Honda reviennent sur un GP éprouvant

Les pilotes Camel Honda reviennent sur un GP éprouvant

Les pilotes Camel Honda ont souffert dans le désert qatari, Alex Barros éprouvant des difficultés à définir la mise au point de sa RC211V à Losail, un tracé que découvrait Shane Byrne, qui devait aussi poursuivre son adaptation à la Honda V5.

Si les essais furent particulièrement compliqués pour Barros, le vétéran brésilien effectua un sans-faute en course, sans toutefois pouvoir se mêler aux pilotes de tête, et termina en neuvième position.

« Même si j'ai pu terminer dans le top 10 et passer plusieurs pilotes, je pense que ce fut l'un de nos plus mauvais week-ends de la saison, » commente Barros. « Franchement, je n'ai jamais eu le feeling qui m'aurait permis d'aller chercher un meilleur résultat, et c'est évidemment une situation peu réjouissante. Ce ne fut pas une partie de plaisir, j'étais assez lent, je ne pouvais pas me battre, et pour faire court, ce fut très frustrant. La moto fonctionnait bien, et nous avons travaillé aussi dur que d'habitude, les réglages étaient bons. Hélas je n'ai pas pu trouver le pneu avant qu'il me fallait. J'espère que ça ira mieux en Australie, où les conditions sont très différentes et où il fait moins chaud. Michelin devrait être en mesure de nous aider à trouver une solution afin d'améliorer le comportement du train avant. »

Ce Grand Prix marquait la deuxième apparition de Shane Byrne sous les couleurs du team Camel Honda. Sur un circuit qu'il découvrait, le britannique a décroché la treizième place.

« Après cette course, je peux me dire satisfait sur certains points, moins sur d'autres, » admet Byrne. « Je n'étais pas très loin, mais j'ai eu de gros soucis avec le train avant. Le team avait fait du bon boulot au niveau de la mise au point. Le châssis, les suspensions, le pneu arrière, tout cela était parfait, mais dès que j'essayais d'attaquer, l'avant me posait des problèmes. Je savais que je pouvais aller plus vite, mais à chaque fois que j'essayais, je risquais de partir à la faute. C'est dommage, car après les essais, je pensais pouvoir finir parmi les dix premiers. »

Tags:
MotoGP, 2005, MARLBORO GRAND PRIX OF QATAR

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›