Achat de billets
Achat VidéoPass

Un coup d'œil au circuit de Phillip Island

Un coup d'œil au circuit de Phillip Island

Un coup d'œil au circuit de Phillip Island

Le circuit de Phillip Island a été construit en 1956, mais il aura fallu attendre 1989 pour assister au premier Grand Prix d'Australie. L'an dernier, un certain nombre d'aménagements avaient été effectués pour des raisons de sécurité, mais Phillip Island reste l'un des circuits les plus intéressants de la saison.

En 2003, Valentino Rossi avait établi le record absolu du circuit à une vitesse moyenne de 177,785 km/h : Phillip Island est le deuxième circuit le plus rapide du calendrier après Assen. Si la ligne droite principale mesure moins de 900 mètres, le virage qui la précède et celui qui la suit sont négociés à plus de 180 km/h.

Sur les 4,448 km du circuit, on compte pas moins de six virages où les pilotes passent à plus de 180 km/h, et trois autres où les 200 km/h sont atteints. Ces virages très rapides imposent l'utilisation de suspensions particulièrement fermes – mais dans certaines limites : dans certaines portions, le revêtement présente des irrégularités et les pilotes ne peuvent pas non plus négliger la réaccélération dans les virages plus lents.

Si une suspension dure favorise la précision, une suspension trop dure risque d'accélérer l'usure des pneus. Plus que sur n'importe quel autre circuit, chaque pilote doit trouver les réglages lui assurant une totale confiance dans le comportement de sa machine.

Enfin, Phillip Island est moins contraignant pour les freins que les autres circuits du Championnat du Monde et des disques de freins d'un diamètre réduit sont utilisés afin de garantir une température de fonctionnement optimale.

Tags:
MotoGP, 2005, POLINI AUSTRALIAN GRAND PRIX

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›