Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Valentino Rossi

Valentino Rossi

Valentino Rossi

Epoustouflant, prodigieux, génial... les superlatifs viennent à manquer quand il s'agit de dresser le portrait de Valentino Rossi, le pilote qui s'est imposé comme l'icône du MotoGP après l'ère Doohan qui marqua la fin des années 90.

Dès 1996 et sa première campagne en Championnat du Monde 125, Rossi se distingua en décrochant sa première victoire à Brno, en République Tchèque, avant de survoler la catégorie l'année suivante pour s'emparer du titre avec un total de onze victoires.

Fidèle à Aprilia, la marque avec laquelle il avait signé ses premiers exploits, il fut ensuite amené à représenter la firme de Noale dans la catégorie 250cc. L'adaptation à cette nouvelle cylindrée fut instantanée : dès sa première saison sur la 250, en 1998, il monta neuf fois sur le podium dont cinq fois sur la plus haute marche - ce qui lui valut le titre de vice-Champion derrière Loris Capirossi.

1999 fut une année faste : avec un total de douze podiums, dont neuf victoires, il décrocha son deuxième titre de Champion du Monde, mais aussi son ticket d'entrée dans la catégorie reine, chez Honda, constructeur incontournable dans l'arène des 500cc.

Engagé sous les couleurs de Nastro Azzuro Honda, team satellite du HRC, il remporta sa première victoire en GP500 à Donington Park, en Grande Bretagne, puis étoffa son palmarès avec un succès sur le circuit de Rio, au Brésil, avant de conclure la saison 2000 à la deuxième place du classement général, derrière Kenny Roberts Jr.

En 500cc, Rossi appliqua à nouveau la formule "une année pour apprendre, une année pour gagner" : 2001 le vit en effet s'emparer d'une nouvelle couronne mondiale à l'issue d'une saison exemplaire, au cours de laquelle il fut confronté à Max Biaggi, compatriote italien et éternel rival, alors fer de lance de Yamaha.

2002 marqua le début de l'ère des 4-temps : tandis que la légendaire NSR500 était envoyée au musée, Rossi étrennait la nouvelle RC211V, en exclusivité avec son coéquipier du team officiel Repsol Honda, Tohru Ukawa. Animée par un V5 de 990cc développant plus de 220 chevaux à ses débuts, cette machine développée par le 'Doctor' Rossi s'imposa rapidement comme la nouvelle machine de référence, assurant une digne succession à la NSR.

En deux saisons au guidon de la RC211V, Rossi finit d'écœurer la concurrence : 31 podiums en 32 courses, 20 victoires, 16 poles et deux nouveaux titres conquis largement avant le terme des Championnats du Monde 2002 et 2003.

N'ayant plus rien à prouver avec Honda, Rossi entreprit, à la fin de la saison 2003, un défi à la mesure de son talent : rejoindre Yamaha et ramener la firme aux diapasons au premier plan, au grand dam de son ancien employeur. Suivi chez Yamaha par son chef-mécanicien, Jeremy Burgess, et une partie de son staff technique, Rossi fit rapidement des merveilles au guidon de la YZR-M1 pourtant donnée comme 'sous-motorisée' face à la RC211V.

Mais si le triomphe lui semblait facile à l'époque où il courrait chez Honda, Rossi décupla ses efforts chez Yamaha, révélant alors une autre facette : brillant pilote, trublion irrévérencieux, il se révéla aussi être un compétiteur impitoyable - consolidant ainsi sa place parmi les monstres sacrés de l'histoire du Championnat du Monde. Son duel historique face à Biaggi sur le circuit de Welkom (qui se solda par sa première victoire sur Yamaha) puis ses mano a mano face à Sete Gibernau prouvèrent que, quand il n'a pas la possibilité d'éclipser ses rivaux, il peut se montrer dur au corps et fin stratège.

En deux saisons, Rossi a permis à Yamaha de refaire surface après de longues années passées dans l'ombre de Honda, avec deux titres consécutifs en 2004 et 2005 - le dernier coïncidant avec le cinquantième anniversaire du constructeur japonais.

Indiscutable patron du MotoGP avec cinq titres consécutifs dans la catégorie reine, Rossi partira à la conquête de nouveaux records en 2007, toujours avec Yamaha.

Tags:
MotoGP, 2006

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›