Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Vermeulen se prépare pour la reprise des essais

Vermeulen se prépare pour la reprise des essais

Vermeulen se prépare pour la reprise des essais

Comme la plupart des pilotes, Chris Vermeulen se prépare pour les essais qui auront lieu à partir du 23 janvier sur le circuit de Sepang. La nouvelle recrue du team Suzuki retrouvera alors la GSV-R, machine avec laquelle il disputera cette année sa première saison complète en MotoGP. Avant d'embarquer pour la Malaisie, le jeune australien fait le point avec motogp.com.

Qu'as tu fait depuis les essais de Sepang, en Novembre ?
Je suis rentré en Australie, histoire de profiter du soleil et faire du surf, du ski-nautique… sans oublier l'entraînement, avec pas mal de course à pied, de motocross. J'ai l'habitude de faire beaucoup d'exercice pendant l'intersaison et mon programme n'a pas vraiment changé par rapport aux saisons précédentes. Côté loisir, j'ai un faible pour les vieilles voitures et j'ai fait quelques balades avec mon club de Hot Rod.

Ces essais en Malaisie constituaient ta première véritable sortie avec la Suzuki GSV-R. Qu'est ce qui la différencie de la Honda RC211V que tu avais piloté en GP l'an dernier ?

Les premières impressions sont très positives. La GSV-R est une bonne moto, très facile à piloter et rapide. L'ensemble chassis-suspensions-pneus est très efficace, mais le moteur n'est pas aussi puissant que sur la Honda. Suzuki sait qu'il s'agit du plus gros problème à résoudre.

Pour les non-initiés, le passage du Superbike au MotoGP peut sembler ‘naturel' au vu des caractéristiques techniques comparables (moteur 4-temps, cylindrée similaire…). Qu'est ce qui t'a le plus frappé en passant sur une machine de MotoGP et comment cela a-t-il affecté ton pilotage ?

Je crois que le seul point commun entre une machine de SBK et une MotoGP, c'est qu'elles ont deux roues ! J'ai été surpris par beaucoup de choses ; une machine de GP est beaucoup légère, et plus compacte. Les freins, en carbone, ont un comportement complètement différent des freins traditionnels en acier. Au niveau du moteur, la puissance est incomparable et les options offertes par la gestion électronique sont innombrables. La variété de réglages disponibles suppose beaucoup de travail afin de définir une mise au point qui convient à son style de pilotage. En termes de pilotage, j'ai réalisé que je devais piloter beaucoup plus en finesse avec une MotoGP, être plus progressif.

Le début de ta première saison complète en MotoGP approche… Qu'est-ce qui sera le plus difficile cette année ?

Ce sera une saison éprouvante. Je pense qu'il y aura au moins six circuits que je ne connaîtrai pas… mais le plus compliqué sera d'apprendre à exploiter à fond ma moto. J'espère progresser tout au long de la saison et me montrer à la hauteur de John (Hopkins), il faudra aussi que toute le monde – le team, l'usine et les pilotes – fasse de son mieux afin d'obtenir un package compétitif.

Tags:
MotoGP, 2006, Chris Vermeulen

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›