Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Jerez vu par Daniele Romagnoli

Jerez vu par Daniele Romagnoli

Jerez vu par Daniele Romagnoli

Le circuit de Jerez comprenant peu de zones de freinage soutenu et n'offrant guère la possibilité d'ouvrir l'accélérateur en grand, la capacité du pilote à choisir la meilleur trajectoire est primordiale. Sur 4.423 km, le circuit comprend cinq virages à gauche et huit virages droites, rythmés par des changements de direction rapide. Aussi, le pilote doit disposer d'une machine parfaitement réglée et très réactive.

« En termes de mise au point, le châssis est l'élément le plus important à Jerez, » explique Daniele Romagnoli, chef mécanicien de Colin Edwards chez Camel Yamaha. « Il s'agit d'un circuit particulier car la moto reste longtemps sur l'angle maximum et il y a peu de secteurs où l'on peut ouvrir les gaz à fond, du coup les réglages du moteur et de la boîte de vitesse ne sont pas aussi importants que sur d'autres circuits. »

« Le châssis doit être efficace en entrée de virage, car il y a beaucoup de virages rapides - les suspensions et les pneus sont aussi très importants. Il faut assurer la meilleure adhérence possible au pilote quand il est sur l'angle maxi ; il faut donc travailler sur la répartition des masses, les réglages de suspension et trouver le bon pneu. »

Tags:
MotoGP, 2006, GRAN PREMIO betandwin.com DE ESPAÑA

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›