Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Losail vu par Nicolas Goubert

Losail vu par Nicolas Goubert

Losail vu par Nicolas Goubert

Les pilotes Michelin se sont imposés lors des deux premiers GP du Qatar, s'adjugeant les sept premières places en 2004 et les cinq premières la saison dernière. Cette année, la course a été déplacée du mois d'octobre au mois d'avril et la donne sera donc légèrement différente.

« Nous espérons que les conditions seront plus fraîches que lors de nos deux dernières visites, » confie Nicolas Goubert, responsable de la compétition moto chez Michelin . « Nous avons fait des essais avec Yamaha au mois de février et la température était inférieure à 30°C, soit des conditions bien plus agréables que la chaleur extrême rencontrée par le passé. Valentino Rossi et Colin Edwards ont tous deux battu le record du tour car la piste était fraîche et propre. Mais serons-nous capables d'être aussi rapides ce week-end ? Tout dépendra de l'état de la piste et de la température.

« Nous savons que Losail peut réserver des surprises. Vous pouvez être maître de la situation à un moment donné, avant qu'une tempête de sable ne vienne tout bouleverser. Il n'y a pas grand-chose à faire lorsque la piste est recouverte de sable. Non seulement celui-ci diminue l'adhérence mais il accélère également l'usure des pneumatiques. »

« En ce qui concerne la nature du tracé, Losail engendre une usure moyenne du pneu arrière. Et comme il ne comporte pas de secteurs en descente ou de gros freinages, le pneu avant ne pose pas de souci particulier. »

« Nous sommes satisfaits de notre slick arrière 2006, qui s'inscrit dans la continuité de notre concept MotoGP et propose une surface de contact élargie qui procure aux pilotes une motricité accrue ainsi qu'une meilleure adhérence sur l'angle maxi. Si les conditions de course sont au moins équivalentes à celles de l'an dernier, nous sommes confiants de pouvoir battre le temps de course. Mais il ne s'agit que de la deuxième manche de la saison et nous apprenons encore. Lors des premières courses il est difficile de se positionner avec précision, ce qui a le mérite de pimenter la situation ! Jerez ne nous a pas apporté de conclusions définitives quant aux performances de nos pneumatiques 2006 car l'adhérence de la piste était beaucoup plus faible que celle de l'année passée. C'est la raison pour laquelle la course fût plus lente de 14 secondes . »

Tags:
MotoGP, 2006, COMMERCIALBANK GRAND PRIX OF QATAR

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›