Achat de billets
Achat VidéoPass

La parole aux acteurs du MotoGP

La parole aux acteurs du MotoGP

La parole aux acteurs du MotoGP

Le Grand Prix de Turquie, troisième manche du Championnat du Monde MotoGP, débutera demain matin sur le circuit d'Istanbul Park. Avant les premiers essais, plusieurs pilotes ont participé à la conférence de presse, traditionnel préambule de chaque épreuve de la saison.

Loris Capirossi, leader du classement général après les deux premiers Grands Prix, découvrira ce week-end le circuit d'Istanbul, n'ayant pas couru en Turquie l'an dernier après s'être blessé en Australie. "D'après ce que j'ai pu en voir, il s'agit d'un circuit difficile, avec beaucoup de montées et de descentes, avec des freinages très violents," expliquait le pilote Ducati Marlboro. "Nous devrons donc progresser pas à pas. Les premiers essais de vendredi me permettront d'apprendre le tracé, aussi je ne m'attends pas à être d'emblée au niveau des autres pilotes."

Valentino Rossi, le Champion du Monde en titre qui disputera à Istanbul le 100è Grand Prix de sa carrière, tentera de rattraper son retard sur Capirossi- "L'an dernier j'avais pris l'avantage dès le début de la saison et j'avais progressivement consolidé ma position," rappelait le leader du team Camel Yamaha. "Cette saison a démarré de façon assez différente, je dois reprendre des points et il y a deux ou trois pilotes qui ont très bien démarré l'année. (...) Atteindre le cap des 100 Grands Prix est quelque chose d'important, c'est un bon chiffre est c'est une étape de ma carrière."

De son côté, Casey Stoner, poleman surprise à Losail, espère briller à nouveau en Turquie, où il s'était imposé l'an dernier en 250cc. "Je garde de bons souvenirs de la Turquie, j'ai gagné sur ce circuit l'an dernier après une belle course et cette année encore, nous allons faire de notre mieux," assurait l'australien de LCR Honda.

Débarrassé de sa blessure à l'épaule, Carlos Checa veut faire progresser le package Yamaha-Dunlop du team Tech3. "Nous avons certaines limitations, nous savons où nous en sommes avec Dunlop, et nous avons besoin de temps avant de pouvoir nous battre aux avant-postes," avouait l'espagnol. "Nous allons travailler sur les pneumatiques, la moto répond bien et nous verrons comment évoluera notre situation."

Prudent, Marco Melandri, qui avait décroché sa première victoire l'an dernier en remportant la première édition du Grand Prix de Turquie, ne se risquait à aucun pronostique : "C'est un circuit que j'aime beaucoup, je crois qu'il correspond bien à mon style de pilotage. Nous ne sommes peut être pas en position pour nous battre pour la gagne, mais je pourrais sûrement faire mieux qu'à Jerez ou au Qatar."

Tags:
MotoGP, 2006, GRAND PRIX OF TURKEY

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›