Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Hayden retrouve ses rivaux à Shanghai

Hayden retrouve ses rivaux à Shanghai

Hayden retrouve ses rivaux à Shanghai

Nicky Hayden, le leader du Championnat du Monde MotoGP, a rejoint Marco Melandri, Valentino Rossi, Shinya Nakano et Chris Vermeulen jeudi après-midi sur le circuit de Shanghai, pour la conférence de presse précédant le Grand Prix Polini de Chine.

L'américain du team Repsol Honda relativisait l'importance de son leadership, comptant pour le moment un seul point d'avance sur Loris Capirossi.
« Il est encore un peu tôt pour se réjouir, mais je suis content d'être en tête du Championnat. Toutefois, c'est maintenant que les choses sérieuses commencent, avec les courses qui vont s'enchaîner plus rapidement : ce sera plus dur, mais aussi plus révélateur, » soulignait Hayden. « Une fois que nous serons de retour en Europe, le programme sera plus chargé mais c'est exactement ce pour quoi je me suis préparé. Depuis le début de la saison je suis régulier - c'est une bonne chose, mais il me manque encore une victoire. »

Discret lors des premiers Grands Prix de l'année, Marco Melandri s'est relancé avec brio en s'imposant à Istanbul pour la deuxième fois de sa carrière.
« Je suis dans une bonne passe. Les premières courses n'ont pas été faciles, mais je pense que nous avons progressé de manière significative lors des essais organisés au Qatar, après le Grand Prix, » expliquait le pilote Fortuna Honda. « Depuis, j'ai de bien meilleures sensations et j'étais confiant pour le Grand Prix de Turquie, mais je dois avouer que j'ai été agréablement surpris de remporter la course après être parti depuis la cinquième ligne de la grille. Ce week-end, j'espère me battre pour le podium. » « Je suis un peu surpris d'être troisième du Championnat et aussi proche de Nicky. Le Championnat est très serré et pour le moment, aucun pilote ne s'est détaché en tant que véritable favori, » concluait l'italien.

Actuellement cinquième du classement général, Valentino Rossi reconnaissait vivre une entame de Championnat plus compliquée que lors des saisons précédentes.

« Ma situation n'est pas si mauvaise si l'on regarde le classement et il ne faut pas oublier que le Championnat est très long, » expliquait Rossi. « Cette année, la concurrence est très relevée : les jeunes attaquent fort et les plus anciens se défendent bien. On voit que les cinq premiers sont regroupés en douze points - c'est sûrement bon pour le spectacle et les fans, mais pour nous, c'est plus difficile ! »

« Les essais d'Istanbul nous ont permis de faire quelques améliorations par rapport aux problèmes rencontrés durant le week-end ; cependant, la moto se comporte de façon très différente selon les circuits et les conditions. Nous devrons exploiter chaque minute des essais car les réglages de la moto ne sont pas encore parfaits, » ajoutait le pilote Yamaha.

Comme Rossi - toutes proportions gardées, Shinya Nakano effectue un début de saison décevant. Pour le moment, le meilleur résultat du japonais, qui avait été très véloce durant l'hiver, n'est qu'une septième place décrochée à Jerez.

« Je m'attendais à un meilleur début de saison après avoir bien travaillé durant l'hiver. Je suis un peu déçu mais je ne baisse pas les bras pour autant ! » assurait Nakano. « Je suis content de courir en Chine, j'ai un peu l'impression de courir chez moi car je mets autant de temps pour venir à Shanghai que pour aller au Motegi ! »

« L'an dernier, Kawasaki avait décroché un bon résultat sous la pluie, avec Olivier Jacque. Cette année, nous sommes encore très bons sous la pluie, mais comme beaucoup de pilotes, je préférais être rapide sur le sec, » indiquait le pilote Kawasaki.

Pour Chris Vermeulen, la septième place décrochée à Istanbul, après être parti de la pole, était un résultat très encourageant.

« En Turquie, j'ai décroché mon meilleur résultat et j'ai mené une course pour la première fois. J'ai fait une bonne course, je me suis bagarré avec Loris (Capirossi) pour finalement terminer septième, » rappelait Vermeulen.

« En arrivant en MotoGP, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre, mais tout marche bien. Le team fait du bon travail, et même si nous avons rencontré quelques difficultés, Suzuki progresse constamment. Le Grand Prix de Turquie l'a confirmé et nous devons continuer dans cette direction. »

Tags:
MotoGP, 2006, POLINI GRAND PRIX OF CHINA

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›