Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Les exigences du Sachsenring

Les exigences du Sachsenring

Les exigences du Sachsenring

Depuis 1998, les pilotes Michelin ont remporté l'ensemble des huit courses de la catégorie reine sur le circuit du Sachsenring et ont également dominé les GP d'Allemagne précédents, disputés au Nurbürgring et Hockenheim, remportant six des sept courses de 1991 à 1997.

Bien que le Sachsenring fasse partie des circuits les plus lents du MotoGP (seuls Estoril, Laguna Seca et Valencia sont encore plus lents), ce tracé vallonné - qui tourne dans le sens inverse des aiguilles d'une montre - comprend l'une des courbes les plus rapides et les plus impressionnantes du calendrier. Le virage n°12 est homérique : un droite aveugle en dévers, abordé à haute vitesse, que les pilotes négocient sur le 5 e rapport, à plus de 200 km/h. Il s'agit là d'un véritable test, où l'adresse, la bravoure et l'engagement des pilotes sont mis à l'épreuve.

« Le Sachsenring est un tracé lent qui réclame beaucoup d'adhérence sur l'angle, » confie Nicolas Goubert, responsable de la compétition moto chez Michelin . « Il s'agit du seul circuit où les 250 parvenaient à tourner plus vite que les 500. C'était il y a quelques années, sur le petit circuit originel, qui n'était pas très différent du tracé actuel. »

« Il ne s'agit évidemment pas de l'un de nos circuits préférés en raison de sa lenteur, c'est un peu dommage de voir des motos de 250 chevaux évoluer sur ce qui ressemble à un circuit de kart ! Mais le Sachsenring présente toutefois des virages intéressants, rapides, qui représentent un challenge pour nous. Le tracé se montre assez exigeant sur les pneumatiques car les motos passent beaucoup de temps sur l'angle maxi dans les grandes courbes, si bien que les contraintes sur les flancs des pneus sont très importantes. C'est ce qui rend le Sachsenring si différent – la traction y est importante, mais pas autant que l'adhérence sur l'angle. C'est le pneu arrière qui est le plus sollicité, le tracé n'étant pas aussi exigeant sur le pneu avant car il y a peu de freinages très appuyés ou d'entrées de courbes sur les freins. Il y a bien une ou deux zones de freinages intensifs, mais les vitesses n'y sont pas très élevées. »

« Le circuit est également assez asymétrique, avec dix virages à gauche pour seulement quatre courbes à droite. De ce point de vue, il ressemble à Valence et Phillip Island qui tournent également dans le sens contraire des aiguilles d'une montre, mais ces derniers sont encore plus asymétriques. Les deux autres circuits asymétriques sur lesquels nous nous rendons sont Estoril et Shanghai. Le nombre important de courbes à gauche du Sachsenring engendre une température élevée des enveloppes, mais il n'est pas pour autant un tracé qui use beaucoup les pneumatiques, je le placerai dans la moyenne. »

« Nous ne nous attendons généralement pas à une amélioration importante d es temps sur ce circuit, même si le gain en adhérence latérale de notre slick arrière 2006 devrait y concourir. La nature du tracé rend toute amélioration majeure des chronos difficile, ceci principalement en raison des dix courbes qui « martyrisent » le flanc gauche des pneus, mais également parce que les virages sont interconnectés, si bien que toute amélioration de vitesse en sortie de courbe ne se traduit pas par un gain de temps dans la ligne droite qui suit, comme c'est le cas sur beaucoup d'autres circuits. D'un point de vue météorologique, il existe toujours une possibilité de pluie sur cette course, mais comme le circuit est très vallonné l'eau s'évacue plutôt bien. »

Communiqué Michelin Sport

Tags:
MotoGP, 2006, betandwin.com MOTORRAD GRAND PRIX DEUTSCHLAND

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›