Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Yamada fait le point sur la saison de Bridgestone

Yamada fait le point sur la saison de Bridgestone

Yamada fait le point sur la saison de Bridgestone

A quelques jours de la reprise du Championnat du Monde MotoGP à Brno, en République Tchèque, Hiroshi Yamada, directeur sportif de Bridgestone, nous livre son bilan de la première partie de la campagne 2006 et évoque ses espérances pour la fin de la saison.

Mr Yamada, pouvez-vous nous résumer la saison 2006 de Bridgestone jusqu'ici ?
Nous avons eu des hauts et des bas, on avait bien démarré la saison avant de souffrir un peu lors des dernières courses, avec une période juin-juillet très éprouvante. Nous avons décroché notre première victoire de la saison dès le lever de rideau, à Jerez avec Loris Capirossi et Ducati - c'était aussi notre première victoire en Europe. Loris a ensuite décroché de bons résultats au Qatar, au Mans et au Mugello, puis à Assen, Shinya Nakano, sur la Kawasaki, est à son tour monté sur le podium. Suzuki, en plus d'avoir fait trois poles, est aussi passé très près du podium, avec les deux quatrièmes places de John Hopkins en Chine et en Espagne, puis avec Chris Vermeulen qui a fait une course fantastique à Laguna Seca. En tout, Bridgestone a décroché cinq poles avec quatre pilotes différents et sur dix des onze courses disputées jusqu'ici, il y avait toujours au moins une moto montée en Bridgestone qualifiée en première ligne.

Au début de l'année, quels étaient vos objectifs ?
Dès le début de la saison, nous avions établi des objectifs ambitieux, tout en restant réaliste, au vu de nos résultats de la saison 2005. L'an dernier, nous avions décroché deux victoires, deux autres la saison précédente ; du coup, nous voulons le double de victoires en 2006. De même que l'an dernier nous avions fait huit podiums, cette année nous devons passer la barre des dix podiums et nous aimerions voir tous nos teams monter sur le podium à un moment ou un autre. C'est seulement la cinquième saison de Bridgestone en MotoGP, tandis que nos rivaux ont beaucoup plus d'expérience.

Pensiez-vous décrocher votre première victoire de la saison aussi tôt ?
Franchement, je n'aurais jamais rêvé de démarrer la saison aussi bien, mais lors des essais menés à Jerez avant le début du Championnat, on savait que les pilotes Bridgestone auraient un avantage sur ce circuit à cette époque. Lors du Grand Prix, disputé dans des conditions similaires à celles des essais officiels, nous avons pris toutes les places en première ligne avec les deux Ducati de Loris Capirossi et Sete Gibernau et la Kawasaki de Shinya Nakano. La victoire de Loris a prouvé le bien-fondé de notre programme de développement hivernal, même si cette victoire ne signifiait pas pour autant que l'on pouvait souffler. Nous ne pouvons jamais nous reposer sur nos lauriers car nos rivaux ont le même objectif que nous : la première marche du podium.

Pourquoi est-il si difficile de rééditer la victoire de Jerez ?
Nous sommes passés très près de la victoire et nous avons souvent tenu la dragée haute à nos rivaux, notamment au Qatar, au Mans et au Mugello où Loris a terminé sur le podium, puis plus récemment à Laguna Seca où Chris Vermeulen était en lice pour la première place. Toutefois, nos rivaux ont aussi travaillé dur et les Honda ont été très régulières depuis le début de la saison et puis Valentino est une menace permanente ; cela nous donne un championnat très serré et fascinant. Nous devons continuer à donner le meilleur de nous-mêmes, tous comme nos partenaires et nos pilotes. Un package gagnant fonctionne à l'unisson, cela veut dire que la moto, le pilote et les pneus doivent être au top.

Après un début de saison fulgurant, avez-vous été déçu par la suite du Championnat ?
Globalement, je suis ravi de la façon dont se déroule cette saison, mais avec une victoire dès la première course et les progrès de Bridgestone sur divers tracés, on a évidemment revu nos objectifs à la hausse. On a vécu des courses décevantes, notamment à Donington et à Istanbul, tout en progressant par rapport aux performances enregistrées sur ces circuits l'an dernier, ce qui est prometteur pour l'avenir. Nos résultats n'ont pas toujours été à la hauteur de nos attentes, mais cela prouve que nous avançons dans la bonne direction.

Comment abordez-vous la dernière partie de la saison ?
Nous redémarrons en République Tchèque après avoir passé une période très chargée, au cours de laquelle nous avons disputé cinq courses en six week-ends, ce qui fut d'autant plus éprouvant que nous avons couru sur des circuits qui n'étaient pas particulièrement favorables à nos pneus. Nous avons dû nous contenter de maigres résultats lors des dernières courses, mais nous n'en sommes que plus motivés pour tenter de renouer avec la victoire. Avec la course de Brno suivie des épreuves à Sepang, Motegi et Phillip Island, nous avons devant nous quatre courses où nous pouvons nous battre aux avant-postes. En 2005, nous avons décroché un podium sur chacun de ces circuits, et même gagné au Motegi et en Malaisie. Nous espérons être au même niveau de performance cette année.

La saison 2007 se profile et le règlement technique a déjà fait couler beaucoup d'encre. Où en est la situation au niveau des pneus ?
Nous en avons discuté tout au long de la saison avec les différentes parties impliquées. Après Donington, les trois manufacturiers de pneus impliqués en MotoGP ont soumis des propositions à la Dorna, afin d'être étudiées par la commission GP. Aucune décision finale n'a été prise, mais le fait que l'on ait fait une proposition commune avec Michelin et Dunlop est un signe positif.

Quel est la position de Bridgestone par rapport à l'évolution du règlement ?
Je ne peux pas commenter les détails de notre proposition avant que le règlement 2007 ne soit édicté, mais le débat impliquant les trois manufacturiers de pneus visait essentiellement à réduire les coûts liés à notre engagement en MotoGP.

Pour finir, est-ce que Bridgestone pense toujours au titre 2006 ?
Loris est encore cinquième du Championnat, malgré les conséquences de son accident à Catalunya, c'est-à-dire une condition physique diminuée lors des dernières courses. Sa détermination lui a permis de conserver une chance mathématique, même s'il accuse 68 points de retard sur le leader. Vu que l'on aborde une série de courses qui devrait mieux correspondre à nos pneus, nous pouvons espérer que tous nos teams vont engranger pas mal de points lors des prochains Grands Prix.

Tags:
MotoGP, 2006, GAULOISES GRAND PRIX ČESKÉ REPUBLIKY

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›