Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Michelin et le challenge du Motegi

Michelin et le challenge du Motegi

Michelin et le challenge du Motegi

Une semaine après avoir célébré la 350è victoire de Michelin dans la catégorie reine au Grand Prix d'Australie, l'équipe Michelin en MotoGP se prépare pour le GP du Japon, épreuve cruciale pour les pilotes du manufacturier français de pneumatiques candidats au titre de Champion du Monde.

Les pilotes Michelin Nicky Hayden (Repsol Honda), Valentino Rossi (Camel Yamaha), Marco Melandri (Fortuna Honda) et Dani Pedrosa (Repsol Honda) occupent actuellement les quatre premières places du classement provisoire, ayant remporté douze des quatorze courses disputées jusqu'à présent cette saison.

Chacune des 17 manches du calendrier du Championnat du Monde MotoGP est importante pour ce quatuor de pilotes, mais Motegi s'avère très spécifique pour Michelin car l'épreuve se situe dans l'épicentre de l'industrie motocycliste et dans le pays même des partenaires de Michelin, Honda et Yamaha. Comme pour chaque Grand Prix la victoire permet d'engranger 25 points, mais un succès au GP du Japon a une saveur très particulière.

« Motegi est un circuit particulier, » indique Nicolas Goubert, responsable de la compétition moto chez Michelin. « La traction y est primordiale en raison du nombre important de sorties de virages sur les rapports inférieurs. Je crois que, pour les mêmes raisons, la puissance moteur est également importante, car bien que l'on ne trouve pas de longues lignes droites, il convient d'avoir un très bon niveau d'accélération à la sortie de tous ces virages lents. Il s'agit pour nous d'un gros challenge car nous ne faisons des essais là-bas que très rarement et qu'il s'agit d'une course à domicile pour l'un de nos adversaires. »

« Le circuit n'est pas très exigeant pour les pneumatiques et l'adhérence sur l'angle guère primordiale car tous les virages sont relativement courts et serrés. Il n'existe aucune courbe vraiment longue où les motos se retrouvent sur le flanc du pneumatique pendant une durée significative. Nous pensons que notre pneu arrière 2006 nous aidera, mais peut-être pas autant que sur la plupart des autres tracés car son avantage réside principalement dans l'augmentation de la surface de contact au sol sur l'angle maxi. »

« Le véritable secret de Motegi est de trouver de l'adhérence pour les accélérations en sortie de virage. L'an dernier nous avions fait des progrès intéressants par rapport à notre précédente visite et avions été plus constants. La dernière fois, Max (Biaggi, Repsol Honda RC221-V Michelin) s'était battu avec Loris (Capirossi, Ducati Marlboro Team Desmosedici) pendant plus de la moitié de la course pour la première position, donc nous verrons bien ce que nous pouvons faire cette année. »

« Le circuit s'avère assez exigeant pour le pneu avant en raison d'un nombre important de gros freinages pour aborder plusieurs courbes serrées, si bien qu'il convient d'utiliser une construction plus rigide qu'à l'habitude, et en tous cas différente de celle que nous utilisons sur les autres circuits. Mais seul le centre du pneu subit ces contraintes élevées, la phase d'entrée en courbe pour ces courbes serrées étant très courte car les pilotes passent très rapidement de la position verticale à l'angle maxi. »

« Nous devrons attendre afin de voir ce que nous réserve la météo. Le mois de septembre peut être assez clément au Japon, comme par exemple l'année dernière, mais l'on peut également y rencontrer la pluie. »

Communiqué Michelin

Tags:
MotoGP, 2006, A-STYLE GRAND PRIX OF JAPAN

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›