Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Le MotoGP arrive en Chine

Le MotoGP arrive en Chine

Le circuit de Shanghai accueille cette semaine la quatrième manche du Championnat du Monde MotoGP 2007, le Grand Prix de Chine présenté par Sinopec Great Wall Lubricants.

Le circuit de Shanghai accueille cette semaine la quatrième manche du Championnat du Monde MotoGP 2007, le Grand Prix de Chine présenté par Sinopec Great Wall Lubricants. Inauguré en 2005, le tracé chinois compte parmi les complexes les plus modernes mais son tracé est loin de faire l'unanimité auprès des pilotes : les principaux traits du circuit de Shanghai sont deux longues lignes droites séparées par des enchaînements de virages lents. Rangé dans les circuits de nature 'stop-and-go', Shanghai convient aux machines puissantes et efficaces au freinage et semble taillé sur mesure à la Ducati Desmosedici GP07 de Casey Stoner, le leader du classement général.

Fort de deux victoires en trois courses, le jeune australien est la révélation de ce début de saison 2007, mais malgré ses cinq points d'avance sur Valentino Rossi, il tient à rester réaliste. "La première course de la saison au Qatar fut parfaite, je n'aurais pas pu rêver mieux... Jerez, c'était le retour à la réalité, mais ensuite je ne pensais pas gagner en Turquie," déclarait Stoner à la veille des premiers essais libres. "Il n'est pas trop difficile de garder les pieds sur terre, nous ne pouvons pas nous permettre un excès de confiance. Par exemple ce week-end en Chine, il ne faut pas se focaliser sur notre avantage théorique dans les lignes droites, le circuit ne se limite pas à cela. Il faut une machine équilibrée, car si certaines portions de la piste s'enchaînent naturellement, il y a aussi quelques cassures."

Relégué à la deuxième place du championnat, Rossi aura quelques démons à exorciser à Shanghai : condamné à une décevante dixième place lors du dernier Grand Prix suite à un problème de pneu arrière, l'italien revient ce week-end sur un circuit où il avait vécu un véritable calvaire l'an dernier - une défaillance de pneu avant l'avait alors contraint à l'abandon. Le pilote Fiat Yamaha est optimiste et pense pouvoir rebondir : "La machine n'était pas si mauvaise en Turquie, mais cette fois, nous devons absolument décrocher un bon résultat. Le problème de pneu que nous avons rencontré fut une mauvaise surprise, mais maintenant nous avons ce qu'il s'est passé. Lors des essais menés après le dernier Grand Prix, nous avons pu tester différentes solutions. Au Qatar, j'avais été un peu décroché dans la longue ligne droite, mais les améliorations apportées à la moto devrait me permettre de rester dans le coup cette fois."

Dans le camp français, Olivier Jacque veut faire amende honorable après un Grand Prix de Turquie catastrophique, le lorrain ayant alors provoqué un carambolage avant la fin du premier tour, incident qui élimina Colin Edwards et Dani Pedrosa.

"On peut dire que la saison n'a pas démarré comme je l'aurais souhaité," reconnaît le pilote Kawasaki. "La première course ne s'était pas trop mal passé, mais la deuxième, à Jerez, fut un véritable cauchemar. A Istanbul, j'étais très optimiste car la moto avait bien progressé lors des essais et des qualifications."

"Tout ce que je peux dire, c'est que j'ai tout gâché en chutant au premier tour. Cela ne m'était jamais arrivé durant ma carrière. Le lundi après la course, j'étais vraiment abattu, aussi physiquement que mentalement, mais je me sens mieux et maintenant je dois simplement penser à la course de Shanghai."

"Je sais que l'on peut viser le top 10 ce week-end. J'aime ce circuit et je garde de bons souvenirs de ma course de 2005, quand j'avais terminé deuxième sous la pluie alors que je remplaçais Alex Hofmann. Il sera difficile de faire un tel résultat ce week-end, mais cela ne m'empêchera pas d'essayer !"

Son coéquipier Randy de Puniet tentera lui de faire mieux qu'à Istanbul, où il avait signé en terminant huitième son meilleur résultat en MotoGP. "Après avoir décroché mon meilleur résultat en MotoGP lors de la dernière course à Istanbul et après avoir fait de bons essais après le Grand Prix, je suis très motivé pour la course de Shanghai," assure le parisien. "Si les installations du circuit sont très impressionnantes, le tracé en lui-même n'a rien de spécial. Pour les pilotes, je pense que c'est l'un des plus mauvais circuits du calendrier car le tracé est vraiment ennuyeux."

"Il s'agit en fait de deux lignes droites reliés par un enchaînement de virages assez lents. La section la plus compliquée est le virage nº14, on arrive à 300 km/h au bout de la deuxième ligne droite et il faut pratiquement stopper la moto avant d'entrer dans le virage. Trouver le bon repère de freinage n'est pas évident. Sur ce circuit, il faut une moto rapide et bien équilibrée. Les qualifications sont très importantes car il n'y a pas beaucoup d'endroits où l'on puisse dépasser. Je pense que l'on peut viser la deuxième ligne en qualifications, et avec un bon départ, finir parmi les dix premiers est tout à fait envisageable."

Les premiers essais libres débuteront vendredi matin à 10h00 (heure locale, CET +6).

Tags:
MotoGP, 2007, SINOPEC GREAT WALL LUBRICANTS GRAND PRIX OF CHINA

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›