Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Michelin retrouve de sa superbe

Michelin retrouve de sa superbe

Malmené par Bridgestone sur la première moitié de la saison, Michelin revient en force avant la trêve estivale avec deux victoires consécutives, il y a quinze jours à Assen avec Valentino Rossi, et hier au Sachsenring avec Dani Pedrosa.

Malmené par Bridgestone sur la première moitié de la saison, Michelin revient en force avant la trêve estivale avec deux victoires consécutives, il y a quinze jours à Assen avec Valentino Rossi, et hier au Sachsenring avec Dani Pedrosa. L'espagnol a mené la course à tambour battant pour s'imposer avec un peu plus de treize secondes d'avance sur Loris Capirossi, tandis que les trois et quatrième places décrochées par Nicky Hayden et Colin Edwards confirmaient l'efficacité des gommes françaises en fin de course malgré des conditions caniculaires.

Sur une piste surchauffée, Pedrosa a su maintenir une cadence incroyable durant 30 tours. Si en début de course les meilleurs pilotes Michelin et Bridgestone faisaient pratiquement jeu égal avec un temps moyen au tour de 1'23.5 pour Pedrosa et de 1'23.7 pour des pilotes tels que Casey Stoner ou Marco Melandri, on a vu les gommes Bridgestone décliner sur la deuxième partie de la course, la cadence de Stoner baissant de près de trois secondes sur les dix derniers tours !

Isolé en deuxième position, Capirossi faisait figure d'exception au guidon de sa Ducati chaussée de Bridgestone, tandis que le déclin de Stoner, Melandri ou encore Hopkins fut mis en relief par les remontées des américains Hayden et Edwards, respectivement partis des treize et quatorzième places de la grille de départ.

« Cela a été éprouvant pour les pilotes, qui ont dû gérer leurs pneus pendant 30 tours, » souligne Jean-Philippe Weber, responsable de la compétition moto chez Michelin. « Dani a très bien tiré son épingle du jeu, menant du début à la fin pour totalement contrôler la course. La remontée de Nicky et Colin a aussi été incroyable et nous sommes vraiment très heureux pour eux, sachant qu'ils seront devant leur public la semaine prochaine. Nous sommes évidemment désolés que Valentino Rossi ait chuté car il se serait probablement battu avec les pilotes de tête ce qui aurait ajouté du piment à la course. Il a chuté alors qu'il était en train de doubler un autre pilote hors de sa trajectoire usuelle et il peut y avoir selon les pilotes de la poussière hors trajectoire ici. Nous espérons que nos partenaires sont satisfaits de notre travail sur cette course comme nous le sommes du leur, nous entendons continuer à travailler ensemble de la même façon. »

Dans le camp Bridgestone, on reconnaît que les pneus n'ont pas tenu le coup, mis à mal par la chaleur mais aussi par les caractéristiques du Sachsenring, qui compte une grande majorité de virages à gauche. Tohru Ubukata, responsable du programme de développement des pneus Bridgestone, explique que le Sachsenring « est l'un des circuits les plus exigeantes au niveau technique et la performance des pneus dépendait en grande partie de la température. Au Sachsenring, le flanc gauche est très sollicité, et avec une température très élevée, les gommes se sont dégradées plus vite que d'habitude. »

« Cela explique que nos pilotes aient ralenti sur la deuxième moitié de la course, » poursuit le technicien japonais. « Toutefois la dégradation des pneus n'était pas aussi prononcée pour Michel Fabrizio, qui avait choisi de courir avec le pneu arrière de 16 pouces. Il s'agit donc d'une piste à explorer de près pour l'avenir. »

Tags:
MotoGP, 2007, ALICE MOTORRAD GRAND PRIX DEUTSCHLAND

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›