Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Michelin : `L'American Connection´

Michelin : `L'American Connection´

Les pilotes américains ont joué une part prépondérante dans le succès de Michelin en catégorie reine des Championnats du Monde moto. Ces vingt cinq dernières années, six légendes originaires des USA ont remporté dix couronnes 500cm3/MotoGP avec les pneumatiques Michelin.

Les pilotes américains ont joué une part prépondérante dans le succès de Michelin en catégorie reine des Championnats du Monde moto. Ces vingt cinq dernières années, six légendes originaires des USA ont remporté dix couronnes 500cm3/MotoGP avec les pneumatiques Michelin.

Le premier des pilotes américains ayant gagné pour Michelin fut Fast Freddie Spencer, vainqueur de la couronne 500 cm3 en 1983 au guidon de la première machine 2-temps Honda de GP, la NS500 trois-cylindres. Il remporta également le titre en 1985 avec la NSR500 V4. Originaire de Louisiane, Spencer a également contribué au succès de Nicky Hayden, le dernier Champion du monde américain. Hayden se rend régulièrement à la « High Performance Riding School » de Spencer afin de s'y entraîner et de profiter des conseils de l'ex-champion du monde.

Hayden indique : « Normalement, je me rends toujours à l'école de Freddie pour y piloter durant l'hiver, et même parfois pendant la trêve estivale. Je discute aussi avec Freddie régulièrement car il comprend l'aspect pilotage des choses. » Cette année Hayden a modifié son style de pilotage afin qu'il convienne à la nouvelle génération de 800 cm3 de MotoGP, dont la vitesse de passage en courbe est plus élevée. « J'ai un peu changé mon style, je suis moins en travers en entrée de virage et je me bats moins avec la moto. »

Spencer n'a pas seulement remporté le titre 500 en 1983 et 1985 avec Michelin, il a également remporté le titre 250 en 1985, faisant de lui le seul pilote de l'histoire à avoir remporté simultanément les titres 250 et 500. Et pendant cette période il a joué un rôle prépondérant dans le développement des premiers pneus radiaux Michelin de compétition, ancêtres des actuels pneus radiaux de route du manufacturier français, comme par exemple le Pilot Road 2.

« En ce qui concerne l'aspect pneumatique, le radial a marqué le plus grand pas en avant de ma carrière, » indique Spencer, qui a utilisé des Michelin pour l'ensemble de ses 20 victoires en 500 cm3, ainsi que ses 7 victoires en 250 cm3. « En tant que pilote on est à la recherche d'adhérence, de remontée d'information et d'endurance, et le radial a amélioré ces trois domaines, tout en ayant un impact indéniable sur d'autres aspects de la conception d'une moto. La première chose dont je me suis rendu compte avec le pneu radial, c'est l'augmentation de l'adhérence et de la stabilité dans les courbes à grande vitesse. Je pouvais également ouvrir les gaz plus tôt, un aspect sur lequel j'ai toujours beaucoup travaillé. »

Eddie Lawson fut le deuxième pilote à écrire l'histoire aux côtés de Michelin. Peu bavard mais incroyablement rapide, cet ex-pilote de dirt track remporta les titres 500 en 1986 et 1988 avec Yamaha, avant de passer chez Honda pour décrocher la couronne en 1989. Il devint ainsi le premier pilote de l'histoire à remporter deux titres 500 consécutifs au guidon de marques de machines différentes.

Les Américains furent les premiers à amener la glisse en Championnat du monde, utilisant avec un effet dévastateur en GP les techniques acquises sur les ovales de dirt track américains. Wayne Rainey fut probablement le plus impressionnant « glisseur » de l'histoire des GP 500.

« Gamin déjà, piloter en travers était aussi normal que d'être en ligne droite, » explique Rainey, qui a appris la glisse et le contrôle des dérives à la poignée de gaz dès son plus jeune âge. « Lorsque j'ai commencé la vitesse dans les années 80, je ne savais pas si c'était bien ou non mais il s'agissait du style avec lequel je me sentais le plus à l'aise. Si le pneu ne patinait pas et si la moto ne se mettait pas en travers, je ne me sentais pas bien. Lorsque je suis passé aux Michelin en 1990, ces pneus ont tout changé pour moi. J'avais tellement d'adhérence tout d'un coup, mais je pouvais néanmoins faire patiner la roue arrière dès que je le souhaitais. »

Le succès de Kevin Schwantz en 1993 marquait le sixième titre américain en Championnat du monde 500 cm3, et après la conquête de la plaque numéro 1 par le Texan il fallut attendre sept ans avant qu'un Américain n'atteigne cette distinction.

Le Californien Kenny Roberts Junior remportait le titre 500 en 2000 et devenait ainsi le premier fils d'un ancien champion à remporter la couronne suprême des Championnats du monde moto. Kenny Roberts, le père de KRJr, avait remporté le titre 500 en 1978, 1979 et 1980.

Roberts Junior a utilisé les pneumatiques Michelin durant la plus grande partie de sa carrière en catégorie reine, et non sans raison. « Michelin a toujours excellé dans la fabrication de pneus qui procurent adhérence et constance du début à la fin, » explique Roberts, qui a vécu le plus gros changement technologique de la catégorie lorsque, en 2002, le championnat est passé des 500 cm3 2-temps aux 990 cm3 4-temps. « Le premier pneu de GP pour les 4-temps était incroyable, c'est le plus gros pas en avant qu'il m'ait jamais été donné de constater en termes de pneumatiques. Constance, maniabilité, feeling et adhérence – le pneu est tellement performant et naturel. Les motos équipées de Michelin sont en fait si performantes en fin de course que, pour espérer battre les autres pilotes dans les derniers tours, il convient de régler la moto afin qu'elle soit performante avec des pneus usés. »

Le Champion du monde en titre Nicky Hayden utilise les pneumatiques Michelin depuis ses débuts en MotoGP en 2003, suite à son titre en Superbike US. Vainqueur de trois courses MotoGP depuis 2005, l'ex-pilote de dirt track a vécu un début de saison difficile dans la défense de son titre, mais il était de retour sur le podium avec une 3e place au Dutch TT. « Michelin ne remporte pas toutes ces victoires et ces titres par chance, l'équipe travaille dur et enregistre les informations fournies par les pilotes, » indique-t-il. « Depuis mes débuts en MotoGP nous avons vu de nombreuses améliorations, comme par exemple le pneu avant à profil plus large utilisé l'an dernier, le 16 pouces avant que nous utilisons cette année et les arrière à profil plus large. J'apprécie particulièrement l'adhérence, la maniabilité et la constance que ces pneumatiques m'apportent. »

A Laguna Seca cette année, Hayden vise une troisième victoire consécutive au GP des USA, au guidon de sa Repsol Honda RC212V équipée de Michelin.

Palmarès des pilotes Michelin américains:
Freddie Spencer (Honda-Michelin), 1983/1985
Eddie Lawson (Yamaha-Michelin), 1986/1988, (Honda-Michelin) 1989
Wayne Rainey (Yamaha-Michelin), 1990 & 1992
Kevin Schwantz (Suzuki-Michelin), 1993
Kenny Roberts Junior (Suzuki-Michelin), 2000
Nicky Hayden (Honda-Michelin), 2006

Tags:
MotoGP, 2007, RED BULL U.S. GRAND PRIX

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›