Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Les pros du MotoGP : Liam Shubert, responsable pièces chez Pramac d´Antin

Les pros du MotoGP : Liam Shubert, responsable pièces chez Pramac d´Antin

Pour le second volet de la série ´Pros du MotoGP´, nous rencontrons aujourd´hui Liam Shubert, responsable des pièces détachées chez Pramac d´Antin.

Pour le second volet de la série ´Pros du MotoGP´, nous rencontrons aujourd´hui Liam Shubert, responsable des pièces détachées chez Pramac d´Antin. Il nous fait découvrir les différentes facettes de son rôle : gestion des budgets, contrôle qualité mais aussi mécanique ´pure´, Liam n´hésitant pas à épauler les mécaniciens d´Alex Hofmann et d´Alex Barros en cas d´urgence !

Quelles sont vos attributions au sein du team Pramac d´Antin ?
Je gère l´ensemble du stock de pièces nécessaires pour entretenir et réparer les quatre Desmosedici dont nous disposons pour l´ensemble de la saison. Je suis aussi le point de contact entre Pramac d´Antin et Ducati Corse ; j´assure le suivi des pièces et contrôle leur cycle de vie et j´en commande de nouvelles quand nous en avons besoin ou quand nous voulons essayer de nouvelles solutions. Je gère le budget pièces détachées et contrôle le bon déroulement des transactions entre le team et Ducati Corse. Durant les Grand Prix, je gère le stock de pièces et je collabore étroitement avec les mécaniciens afin de m´assurer que chaque pièce est remplacée au bon moment. En cas d´accident, je sélectionne les pièces nécessaires pour reconstruire la moto et parfois je dois mettre les mains dans la pâte si le temps nous presse.

A quelles difficultés êtes vous confronté ?
Il faut analyser la façon dont on utilise les pièces de rechange afin de pouvoir adapter au mieux son stock, d´autant plus que l´approvisionnement n´est pas toujours aisé, il ne s´agit pas seulement de passer une commande, il faut aussi prendre en compte les délais de fabrication et de livraison. Aussi il faut savoir quelles sont les pièces les plus sollicitées et que l´on doit changer le plus fréquemment. L´essentiel est de garantir que le team puisse aligner deux machines en parfait état de marche, quelles que soient les circonstances. A un niveau plus personnel, j´ai rencontré des difficultés linguistiques avec le team, étant le seul américain dans un team formé par une majorité d´espagnols et d´italiens. J´ai donc développé un système de communication et une méthode de travail qui nous assure une efficacité sans faille, ce sont des éléments importants du travail d´équipe.

Comment se déroule un Grand Prix typique ?
Nous arrivons au circuit le mercredi matin pour préparer le garage ainsi que les motos. S´il y a eu une chute lors de la course précédente, on peut aussi consacrer cette journée aux réparations ; le jeudi après-midi, les motos sont prêtes - on les démarre et on vérifie le bon fonctionnement des systèmes électroniques et des différents capteurs. Pour moi ce sont les journées les plus chargée. Le vendredi et le samedi, c´est plus simple car on sait précisément quand on peut travailler sur les motos, en fonction des séances d´essais. Mercredi et jeudi, je dois aussi vérifier les nouvelles pièces fournies par Ducati, puis le vendredi et le samedi je prépare des ´kits´ permettant de remplacer les pièces rapidement, que ce soient les rapports de boîte ou un moteur, afin de pouvoir parer à toute éventualité. Durant les essais libres, il y a souvent beaucoup de travail, il y a beaucoup de choses à changer au niveau du châssis et des suspensions afin de garantir au pilote de bonnes sensations et pour exploiter au mieux les pneumatiques.

Tags:
MotoGP, 2007

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›