Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Jacque et Serizawa étrennent un nouveau screamer pour Kawasaki

Jacque et Serizawa étrennent un nouveau screamer pour Kawasaki

Habitués aux borborygmes des machines 4-temps, ceux qui ont pu suivre les premiers essais MotoGP de l'année cette semaine à Sepang auront été surpris d'entendre lors de la dernière journée les rugissements de la machine confiée aux pilotes essayeurs Kawasaki, Tamaki Serizawa et Olivier Jacque.

Habitués aux borborygmes des machines 4-temps, ceux qui ont pu suivre les premiers essais MotoGP de l'année cette semaine à Sepang auront été surpris d'entendre lors de la dernière journée les rugissements de la machine confiée aux pilotes essayeurs Kawasaki, Tamaki Serizawa et Olivier Jacque.

Les deux hommes ont eu l'occasion de tester une Ninja ZX-RR équipée d'un nouveau moteur "screamer", dont l'ordre d'allumage des cylindres favorise la puissance, au détriment de la souplesse du moteur.

Si cette nouvelle machine a suscité l'intérêt de John Hopkins et Anthony West, les titulaires du team, ils ne devraient pas avoir l'occasion de l'essayer d'ici un certain temps selon Naoya Kaneko, directeur technique de Kawasaki Racing.

« Nous ne faisons qu'entamer le développement du screamer et il faudra un peu de temps avant que John et Anthony puissent le tester, » indique Kaneko.

« L'ordre d'allumage du screamer présente certains avantages par rapport à la version big-bang du même moteur. Il est plus puissant à haut régime et l'ordre d'allumage régulier suppose moins de contraintes physiques. Toutefois, il a aussi des désavantages, notamment en termes de souplesse, » poursuit le japonais.

« L'an dernier le passage de la 990cc à la 800cc s'est traduite par une réduction de la puissance. Depuis les pneus ont progressé et gérer la puissance est devenu plus facile grâce à l'électronique. Ces facteurs devraient donc favoriser le moteur screamer, on devrait pouvoir profiter du surcroît de puissance tout en gérant ses inconvénients grâce à l'électronique. »

Kaneko précise « [qu'il] ne s'agit là que de théorie, mais les ingénieurs Kawasaki sont persuadés qu'il vaut la peine de mettre cette solution à l'épreuve de la piste afin d'en évaluer le potentiel. »

Tags:
MotoGP, 2008, Kawasaki Racing Team

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›