Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Les pilotes américains dans l'histoire du MotoGP

Les pilotes américains dans l'histoire du MotoGP

Alors que le MotoGP se prépare pour le tout premier Grand Prix Red Bull d'Indianapolis, motogp.com revient sur les différents pilotes américains qui ont marqué l'histoire du Championnat du Monde.

L'image de Nicky Hayden arborant le drapeau américain à Valence en octobre 2006 pour célébrer son premier titre de Champion du Monde MotoGP marquait le dernier succès d'une lignée de pilotes américains au sommet de la course moto.

Originaire d'Owensboro dans le Kentucky, Hayden est devenu le septième pilote américain à conquérir le titre mondial dans la catégorie reine, le plus haut niveau de la compétition. Hayden mettait alors fin au règne du quintuple Champion du Monde, Valentino Rossi, en le devançant de cinq points dans une des courses au titre les plus disputées de l‘histoire de la compétition.

Les Etats-Unis ont le troisième meilleur palmarès dans le Championnat du Monde, avec quinze titres MotoGP. Seuls les pilotes italiens, avec dix-huit titres, et les britanniques, avec dix-sept titres, ont fait mieux.

Mais les américains ont connu un succès plus importants que les autres dans les trente dernières années, puisque leurs quinze titres ont été remportés à partir de 1978. Sur la même période, les italiens n'ont remporté que sept titres, autant que les australiens.

Kenny Roberts a inauguré la domination américaine en décrochant le premier de ses trois titres 500cc en 1978 - le premier titre 500cc américain.

Roberts a reconquis le titre pour Yamaha en 1979 et en 1980, battant son compatriote Randy Mamola de 15 points en 1980. Roberts a ensuite terminé troisième, quatrième et second de 1981 à 1983, avant de mettre fin à sa carrière de pilote pour devenir team manager.

En 1982, un jeune pilote originaire de la Louisiane nommé Freddie Spencer est devenu le plus jeune vainqueur de Grand Prix 500cc, sur le légendaire circuit de Spa-Francorchamps.

`Fast Freddie´ s'était battu pour le titre 500cc contre Roberts en 1983, les deux pilotes ayant remporté six courses chacun avant que Spencer ne prenne l'avantage avec Honda.

Le titre de Spencer en 1983 a été le début d'une période de domination américaine lors de laquelle les pilotes américains ont remporté dix des onze titres de 1983 à 1993, l'australien Wayne Gardner s'étant imposé en 1987.

Eddie Lawson obtint le premier de ses quatre titres -un record pour un pilote américain- avec Yamaha en 1984, tandis que Mamola et Spencer étaient respectivement second et quatrième du classement général.

Spencer reconquit le titre en 1985 avec Honda, battant Lawson de huit points. Lawson repris à son tour le titre 500cc en 1986 avec Yamaha, et décrocha ses deux autres titres en 1988 et 1989.

Motivé par sa rivalité avec Kevin Schwantz, Wayne Rainey a remporté trois Championnats du Monde 500cc de 1990 à 1992 avec Yamaha. La période a été l'une des plus compétitives de la course moto, puisque les américains Rainey, Schwantz, Mamola et Lawson faisaient face aux légendes australiennes Wayne Gardner et Mick Doohan, et se sont livrés une lutte sans merci aux quatre coins du monde.

En 1993, alors qu'il se dirigeait vers son quatrième titre consécutif, Rainey fut paralysé suite par une blessure à la moelle épinière dans un accident survenu durant le Grand Prix de Misano, en Italie. Schwantz remporta son premier titre mondial cette saison.

Kenny Robert Jr. devint à son tour Champion du Monde en 2000 avec Suzuki. Le jeune Roberts devançait un rookie italien qui venait juste d'être sacré Champion du Monde 250cc, Valentino Rossi, qui s'imposa à son tour à cinq reprises de 2001 à 2005.

Co-équipier de Rossi chez Repsol Honda dès 2003, Nicky Hayden ne décrocha sa première victoire MotoGP qu'en 2005, à domicile, à Laguna Seca.

En 2006, Hayden remporta son premier titre de Champion du Monde MotoGP avec style. La saison ne fut pas facile pour le pilote du team Repsol Honda malgré deux victoires, dont une seconde à Laguna Seca. Lors de l'avant-dernière course de la saison, à Estoril, Dani Pedrosa percuta son co-équipier, Hayden, et mit quasiment fin à tous les chances de l'américain de remporter le titre.

Rossi termina second ce jour là, et disposait de huit points d'avance sur Hayden avant la dernière course de la saison à Valence. En Espagne, suite à la chute de Rossi dans le cinquième tour, Hayden n'eut qu'à s'assurer la troisième place pour être sacré Champion du Monde.

Tags:
MotoGP, 2008, RED BULL INDIANAPOLIS GRAND PRIX

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›