Achat de billets
Achat VidéoPass

Edwards commente l’une des courses les plus difficiles de sa carrière

Edwards commente l’une des courses les plus difficiles de sa carrière

Partant avec un pneu avant qu’il n’avait pas encore essayé ce week-end, il a fallu beaucoup de prudence et de maîtrise à Colin Edwards pour prendre la deuxième place du Grand Prix de Grande Bretagne, son premier podium cette saison.

Vétéran de la catégorie reine, Colin Edwards a couru de nombreuses fois dans des conditions difficiles dans le Championnat du Monde, mais affirme que le Grand Prix de Grande Bretagne 2009 a été l’une des épreuves les plus dures de sa carrière.

Le pilote du team Monster Yamaha Tech 3 a terminé en deuxième position de la dernière course à Donington Park sur une piste qui présentait de nombreux pièges, après avoir doublé Randy de Puniet dans le tout dernier virage de la course.

“Je ne souhaite à personne une course pareille. Je ne pense pas avoir couru dans de pires conditions... ou peut-être quand il y avait de l’huile sur la piste ou quelque chose comme ça,” a déclaré Edwards, sur le podium pour la première fois de la saison 2009.

“Nous avions mis un pneu avant que je n’avais pas du tout utilisé ce week-end et j’ai dû découvrir d’autres sensations. Puis tout le monde est parti! Je me suis demandé ‘pourquoi sont-ils tous aussi pressés?” a plaisanté la ‘Tornade Texane’. “Tout semblait ok et j’étais stable, alors j’ai commencé à attaquer un peu plus et je me suis rendu compte que je doublais les autres rapidement. Je me suis dit soit que j’allais beaucoup trop vite pour ces conditions, soit qu’ils flippaient tous. Je pense que j’ai bien jugé l’état de la piste.”

La piste qui n’était mouillée qu’à certains endroits a piégé de nombreux pilotes et mêmes les meilleurs, notamment Jorge Lorenzo puis Valentino Rossi lorsqu’ils ont tenté de s’échapper chacun leur tour. Avec le recul, la stratégie de régularité appliquée par Edwards semble clairement la meilleure.

“C’est un bon équilibre, parce qu’on ne pouvait pas pousser dans les limites. Il fallait garder un bon rythme et faire attention à ne pas aller trop vite, où on finissait dans les graviers - ce qui n’est pas grave, mais on ne fait pas tout ce travail pour rien,” a conclu l’américain, cinquième du classement général.

Tags:
MotoGP, 2009, BRITISH GRAND PRIX

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›