Nouveau sur motogp.com ?Inscrivez-vous ici

Achat de billets
Achat VidéoPass

Ferguson détaille le travail de Dunlop pour le Moto2

Ferguson détaille le travail de Dunlop pour le Moto2

motogp.com s’est entretenu avec Jeremy Ferguson de Dunlop cette semaine afin de savoir comment le manufacturier britannique prépare son projet Moto2.

Sélectionné cette année pour être le fournisseur de pneus unique de la nouvelle catégorie Moto2 à partir de 2010, Dunlop a passé beaucoup de temps à préparer les gommes qui seront utilisées sur les nouveaux prototypes 600cc 4-temps.

Jeremy Ferguson, Dunlop Motorsport Manager, a expliqué à motogp.com comment le manufacturier, qui fournit déjà les pneus des catégories 125cc et 250cc, a monté son projet et quels ont été les facteurs clés dans le développement d’un produit performant à coûts réduits.

Tout a commencé lorsque BQR et Laglisse, dans le Championnat d’Espagne, et Moriwaki, au Japon, ont sorti leurs prototypes Moto2. BQR était déjà un de nos teams partenaires dans le Championnat d’Espagne, comme dans le MotoGP. Au début, il n’y avait pas de réglementation concernant le diamètre des jantes et leur largeur, alors nous avons commencé par utiliser ce que nous avons en Formula Extreme en Espagne.

Comment fonctionne le contrôle des coûts?
Nous veillons à réduire les coûts de plusieurs façons. D’abord en termes de quantité de pneus fournis pour chaque course, ce qui sera décidé à Estoril, et je pense que la quantité sera moins importante qu’en MotoGP par exemple.

Nous avons aussi décidé d’avoir une largeur de jante fixe et les teams n’auront donc pas la possibilité d’essayer plusieurs largeurs de jante. La jante avant sera large de 3.75 pouces et l’arrière de six, avec un diamètre de 17 pouces à l’avant et à l’arrière. Les teams ne pourront pas dire ‘nous avons besoin d’essayer un 3.6 avant ou un 3.82’, il n’y aura pas d’originalités de ce type. Cette mesure rejoint le principe de réduction des coûts.

Nous aurons aussi deux types de slicks et un type de pneu pluie par course. Les performances devront être raisonnables et il y a certains circuits où, pour des raisons de sécurité comme de performance, nous devons avoir des pneus spéciaux correspondant aux caractéristiques de la piste, notamment à Phillip Island.

Quand est-ce que les produits définitifs seront mis à la disposition des teams?
Notre objectif est de finaliser le produit pour que les teams le teste en novembre. Actuellement, nous finalisons la composition des pneus, nous avons identifié les dimensions physiques et la structure, alors il nous reste à trouver les bonnes gommes pour les différents circuits.

De quelle façon les données issues des catégories 125cc et 250cc, ainsi que celles du MotoGP avant 2007, peuvent vous être utiles?
Les circuits sont les mêmes, et nous avons toutes les données des Grands Prix du MotoGP et de la catégorie 250cc. Les motos sont différentes des 250cc mais ce n’est pas un problème. Nous devons simplement nous assurer que nous avons les bonnes combinaisons de gommes pour chaque circuit.

Quelles sont les attentes de Dunlop pour le Moto2?
C’est nouveau pour tout le monde. Pour être honnête, nous voulons réussir ce que Bridgestone a fait en MotoGP. Cela signifie une compétition serrée et des pneus de très bonnes qualités, ce qu’on peut juger lorsqu’on voit des pilotes signer le record du tour dans le dernier tour ou l’avant-dernier tour d’une course, c’est le signe que le pneu a accompli sa mission.

Nous traiterons évidemment tout le monde de la même façon et nous utiliserons le même système de marquage et de distribution qu’en MotoGP, avec des code-barres sur chaque pneu et une distribution organisée par Mike Webb avant le début de chaque week-end de compétition.

Tags:
250cc, 2009, GP CINZANO DI SAN MARINO E DELLA RIVIERA DI RIMINI

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›