Achat de billets
Achat VidéoPass

Bridgestone présente son bilan de Phillip Island


Bridgestone présente son bilan de Phillip Island


Hirohide Hamashima revient sur les performances des pneus Bridgestone au Grand Prix Iveco d'Australie.

Le Grand Prix Iveco d'Australie a été remporté pour la cinquième année consécutive par Casey Stoner et cette nouvelle victoire a permis à l'Australien de s'emparer de son second titre de Champion du Monde MotoGP, le premier titre de Honda en 800cc.

Le week-end avait commencé dans de bonnes conditions météo, avec du soleil et peu de vent, mais les températures ont progressivement baissé et la pluie a fait son apparition pour le jour de course. L'épreuve MotoGP s'est déroulée sous le soleil mais plusieurs averses mouillaient en même temps certaines parties de la piste et les pilotes ont donc dû évoluer sur une surface très hétérogène.

 

Hirohide Hamashima – Motorsport Tyre Development Division :
 

Quel type de challenge Phillip Island pose pour les pneus ?
 "C'est un circuit piège, l'un des circuits extrêmes. C'est le plus exigeant et le plus dur de la saison pour les pneus. Les températures ambiantes sont généralement fraîches et les températures de piste sont relativement normales pour cette période de l'année mais le vent qui vient de l'océan refroidit grandement les pneus. Il n'y a pas de problème pour le pneu avant parce que c'est un circuit fluide, il n'y qu'un seul gros freinage, mais les gommes tendres doivent tout de même proposer une bonne adhérence."

  

"Pour le côté droit du pneu arrière, le circuit ne pose pas de problème en termes d'endurance mais il faut beaucoup d'adhérence et c'est pourquoi nous avions choisi une gomme extra tendre cette année. La partie la plus compliquée se situe aux deux derniers virages, qui sollicitent énormément le flanc gauche du pneu arrière, qui atteint sa température la plus élevée sur l'ensemble de l'année. Nous avons donc choisi une construction de pneu un peu particulière pour ce circuit, afin d'éviter d'éventuels problèmes."

"Sur l'ensemble du week-end, l'usure a été normale, hormis pour le côté gauche qui chauffe beaucoup. Casey glisse beaucoup ici à Phillip Island et ça explique en partie sa supériorité mais ça provoque aussi une usure plus rapide. Notre principal challenge est de trouver un bon équilibre entre un pneu qui soit très tendre à droite et qui résiste aussi aux hautes températures à gauche, tout en gardant une structure qui garantisse ses performances."

 

Et au sujet des chronos ?
"Nous avions amené des pneus tendres pour l'Australie parce qu'ils montent plus vite en température et que nous savons que les pilotes préfèrent généralement cette option pour les qualifications. Ce week-end, Casey a battu le record de la pole avec ce pneu tendre mais il y a plusieurs facteurs qui ont masqué les performances de ce pneu. Il y avait déjà beaucoup plus de bosses que l'année précédente et elles ont énormément ralenti les pilotes, et il y a aussi eu beaucoup de vent pour la course. Sur un circuit aussi ouvert que Phillip Island, le vent a un impact majeur. Malgré tout, je pense que le pneu tendre était une bonne option, surtout parce qu'il montait en températures rapidement, ce qui était important lorsqu'il faisait plus froid."

Tags:
MotoGP, 2011, IVECO AUSTRALIAN GRAND PRIX

Autres contenus qui peuvent vous intéresser ›